La méduse, l’autre chaussure de l’été

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises. Ce lundi matin : la méduse.

Cet été, on a beaucoup parlé des Espadrilles. Mais l’autre chaussure tendance : c’est la méduse. Les célèbres sandales en plastique tressé cartonnent en ce moment.

Oui, et ça fait 70 ans que ça dure. Elles ont été créées en 1946, dans le petit village de Sarraix. C’est en Auvergne, pas loin Thiers.

Les méduses on les connaît sous plusieurs noms. On les appelle les Sarraiziennes en Auvergne (Sarraix), les Mica à Nice, les nouilles en Vendée…

Au départ, c’était pour les enfants. Pour protéger leurs petits petons sur les rochers ou à la plage. On en a quasiment tous eu quand on était petit. Vous vous souvenez, on avait des cailloux qui se coinçaient dans les picots de la semelle. Les lanières qui nous cisaillaient le pied.

Tout ça, c’est fini : le plastique est devenu beaucoup plus souple, il y a de nouvelles couleurs : rose, pailletées, or, argent. Du coup, elles sont en train de démoder les tongs brésiliennes et on commence à en voir en ville, même loin des plages.

Des sandales en plastique, c’est quand même pas très écolo…

Détrompez-vous. Aujourd’hui, elles sont faites dans un mélange de chanvre et de plastique recyclé garanti sans phtalates (substances toxiques, cancérigènes qu’on trouve dans certains objets).

Et pourquoi du chanvre ? Parce qu’il absorbe le CO2 dégagé par le plastique pendant la fabrication. Et c’est justement, la fabrication en France qui permet de mieux contrôler la matière première et de garantir qu’il n’y a rien de toxique.

D’ailleurs, est-ce que vous savez pourquoi les méduses sont faites en plastique ?

Nous vous avons dit qu’elles avaient été créées en 46. Eh bien après la guerre, le cuir était devenu tellement rare. Qu’un spécialiste du plastique a eu l’idée de faire des chaussures avec.

Pour lui, c’était des chaussures de travail, pour les ouvriers, pas chères, faciles à nettoyer. Mais elles ont connu leur premier succès avec les enfants sur les plages.

Et ça marche aussi à l’export ?

Oui, pas loin de 20% de la production. Aujourd’hui, la société fabrique 700.000 méduses par an. Leur deuxième marché c’est le Japon, où on adore les modèles pailletés et où on le porte même avec des chaussettes.

Ce renouveau on le doit à la famille Humeau, un grand fabricant de chaussures qui a repris la marque, élargi la gamme avec des ballerines et des bottines qu’il fabrique désormais à Beaupréau (près de cholet) dans le Maine-et-Loire, département ? Le 49.