Syrie : "nous avons traversé des villages en partie déserts"

  • A
  • A
    Les grands reportages d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 Matin
    Partagez sur :

    VIDÉO - Chaque matin tout au long de l’été, Europe1 revient sur les grands reportages qui ont marqué la saison de la radio, en compagnie d’un reporter de la rédaction.

    En mai dernier, en Syrie, les djihadistes de l'Etat islamique s'emparent d'un symbole : la cité antique de Palmyre. Dix jours plus tard, notre reporter Xavier Yvon parvient à se rendre en Syrie, dans la zone encore contrôlée par le régime de Bachar al-Assad.


    Il raconte : 

    "Je suis allé notamment à Homs, la troisième ville du pays. De là, j'ai eu l'autorisation de prendre la route vers l'Est, vers la ville de Palmyre, évidemment toujours accompagné par des hommes du ministère de l'Information, et pour cette partie du trajet, par un officier de l'armée syrienne. Cette armée qui a dû reculer devant les djihadistes et abandonner Palmyre. Notre convoi a rapidement quitté la route principale, trop dangereuse, pour sillonner sur des petits chemins poussiéreux. Nous avons traversé des villages minuscules, en partie déserts et nous sommes enfin arrivés sur une petite colline où des soldats aux mines fatiguées semblaient bien contents de recevoir de la visite. Et malgré la présence d'officiels, ils se sont facilement confiés, notamment sur la stratégie militaire de leur armée.

    Depuis ce reportage, la Syrie est toujours aussi morcelée. Cette "partition de fait" se pérennise, même si les positions bougent de temps en temps. L'armée du régime a par exemple regagné un peu de terrain aux alentours de Palmyre, mais comme le disait un officier avec beaucoup de franchise, l'armée n'a pas les moyens de tenir tous les fronts. A l'époque ce n'était pas la ligne officielle, mais dimanche dernier, le président syrien lui-même a fini par le reconnaître. Dans un discours télévisé, Bachar al-Assad a admis que son armée manquait d'hommes et qu'elle avait du abandonner certaines zones pour pouvoir se concentrer sur d'autres régions, plus importantes. Aujourd'hui, on estime que le régime ne contrôle plus qu'un quart du territoire syrien, celui où se concentre la majorité de la population."

    >> Retrouvez Les Grands Reportages d’Europe 1 du lundi au vendredi dans Europe 1 matin de 6h à 9h, dans Europe 1 Week-End de 7h à 9h et sur : http://www.europe1.fr/emissions/les-grands-reportages-deurope-1