Le Vietnam, nouveau dragon de l’Asie et Moscou et Ryad qui s’entendent pour faire monter les cours du pétrole : les experts d'Europe 1 vous informent

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Géraldine Woessner et Sophie Larmoyer font le point sur l'actualité du jour.

Sophie Larmoyer, experte international

Après le G20 en Chine, François Hollande est arrivé hier soir au Vietnam, pour une visite de 48 heures, dominée par les enjeux économiques. D’ailleurs, le président français est accompagné d’une grosse délégation de chefs d’entreprises et dès ce matin, Airbus annonçait la vente de 40 appareils à trois compagnies vietnamiennes.

40 avions, dont vingt A321 achetés par "VietJet ", la première compagnie aérienne privée du pays, créée il y a cinq ans seulement, elle est en pleine expansion. En mai dernier, elle a également acheté 100 Boeing au constructeur américain.

Ce qui donne un aperçu de la réussite économique du Vietnam, où tous les indicateurs sont au vert.

Oui c’est l’un de ces petits Tigres d’Asie du sud-est qui "feule " de plus en plus franchement (le feulement sert au tigre à signaler sa présence aux autres ou à indiquer que la chasse a été couronnée de succès) et la chasse est d’autant meilleure que le Dragon chinois a un petit coup de fatigue ces derniers temps.
Le Vietnam, depuis le début des années 2000, décroche une croissance annuelle d’environ 7% (un peu plus avant 2008, un peu moins depuis).
Le pays a passé des accords de libre-échange avec les plus grands marchés du monde, il attire toujours plus d’investisseurs étrangers. Il faut dire que 60% des Vietnamiens ont moins de 30 ans, c’est une jeunesse formée, diplômée et qui ne coûte pas très cher.
Le Vietnam est aussi un pays agricole solide puisque c’est le second exportateur mondial de riz et le second producteur mondial de café. De plus, c’est un pays qui a du pétrole, des métaux et des pierres précieuses. Pas mal d’atouts au carrefour du continent asiatique.

Développement extrêmement rapide du Vietnam qui a commencé à s’ouvrir à l’économie de marché à la fin des années 80 mais qui reste pourtant un régime communiste.

Absolument, un régime autoritaire gouverné par un parti unique, le Parti communiste vietnamien. C’est le point noir au tableau notamment parce que beaucoup de blogueurs et de dissidents sont derrière les barreaux, juste pour avoir osé critiquer l’État.
Mais de façon cynique on peut dire que ça fait du Vietnam un pays politiquement stable, c’est bon pour les affaires et la stabilité.
Par ailleurs, le gouvernement a fait en sorte que l’environnement administratif et fiscal favorise le business.
La classe moyenne et aisée vietnamienne devrait atteindre un tiers de la population en 2020, ce qui est remarquable quand on pense qu’il y a 40 ans, le Vietnam sortait de décennies de guerre, complètement exsangue, et aussi pauvre à l’époque que l’Éthiopie.



Géraldine Woessner pour le Vrai Faux de l'info

Alors que le nombre de migrants dans la jungle de Calais a presque doublé ces derniers mois, le porte-parole des Républicains, Guillaume Larrivé, un proche de Nicolas Sarkozy, dénonce le laxisme du gouvernement hier sur Sud-Radio.

"Vous avez plus de 120.000 clandestins qui ont été régularisés en 2012, 2013, 2014 et 2015. C'est évidemment un appel d'air. Il ne faut pas s'étonner, avec une telle politique laxiste, que l'immigration clandestine continue à augmenter en France ".

120.000 sans-papiers régularisés, un gouvernement laxiste. C’est vrai ou c’est faux ?

Ah les chiffres sont exacts, il y a bien eu 118.000 régularisations entre 2012 et 2015 mais la conclusion qu'en tire Guillaume Larrivé est un peu excessive car la gauche dans ce domaine, n'a pas été plus laxiste que la droite. Il suffit de regarder les chiffres :
Les régularisations de clandestins, ont connu un petit bond en 2013 après la mise en oeuvre d’une circulaire de manuel valls, qui a assoupli l’admission au séjour pour les familles avec enfants notamment, mais vraiment à la marge, et ce chiffre est retombé depuis de 35.000 régularisations, à 28.500 l’an dernier. Donc non seulement il n’y a pas eu de mouvement massif, mais surtout, le gouvernement de Nicolas Sarkozy a autant régularisé : 124.000 personnes en situation irrégulière ont alors obtenu des papiers, plus de 150.000 même si l’on compte l’année où il était ministre de l’intérieur en 2006.

Est-ce que l'on peut chiffrer l'immigration clandestine ?

Par définition, on ne peut pas compter les clandestins, c’est difficile. Un indicateur toutefois nous donne une idée, c’est le nombre de bénéficiaires de l’AME, l’aide médicale d’état, qui permet aux clandestins d’avoir accès aux soins : 209.000 bénéficiaires en 2011, près de 300.000 début 2015. On peut donc parler d’explosion, et c’est en adéquation d’ailleurs avec d’autres données : comme la forte augmentation des demandes d’asile.

Mais est-ce que c'est la preuve, comme le dit Guillaume Larrivé, que le gouvernement est laxiste ?

C'est surtout me signe qu'il est débordé, et qu’il n’a pas de bons outils. Le nombre de personnes refoulées aux frontières s’envole, ce qui veut dire que la police travaille. Mais le nombre d’expulsions lui, qui avait augmenté depuis trois ans, recule à moins 20% depuis le mois de janvier. La police n’a plus temps d’exécuter les mesures d’éloignement. Il faut néanmoins rappeler qu'elle le faisait déjà peu, y compris sous Nicolas Sarkozy, pour des raisons de procédures. Sur 80.000 mesures d'expulsions prononcées en 2014, seules 12.000 ont été exécutées mais cette proportion, de 15 à 20%, est la même depuis des années.

Les émissions précédentes