Marine Le Pen est passée à côté du débat

  • A
  • A
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Bruno Jeudy nous livre son édito politique à quelques jours du second tour de l'élection présidentielle.

Deux heures trente de débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen d’une rare intensité, d’une rare violence même.
 
C’est probablement le pire des sept débats télés de la Ve République, c'est à dire depuis 1974 et le premier d'entre eux. Et la faute en incombe largement à Marine Le Pen. Emmanuel Macron a eu bien du mérite à garder son calme durant ces 150 minutes de débat.
En réalité, Marine Le Pen avait choisi une stratégie risque tout : faire sortir de ses gonds son adversaire, le faire "dégoupiller" sous la pluie de coups qu’elle lui a d’emblée infligée. Dès l’introduction : le présentant comme l’héritier de François Hollande, le successeur socialiste, le dépeceur d’entreprise ou le banquier d’affaires. Une déluge de coups que le candidat d’En Marche a encaissé. Surpris par tant de violence voire de malhonnêteté de la part de la candidate du FN, il a d’abord eu du mal à trouver le bon niveau pour répondre. Oscillant entre la consternation, l'exaspération et parfois un soupçon d'arrogance. Il a même parfois donné l’impression de se laisser entraîner par Marine Le Pen avant de comprendre qu’il devait rester au bon niveau de présidentialité. Ensuite quand l'orage est passé, il a serré le jeu, misé sur sa pédagogie et l'a emporté.
 
Marine Le Pen est-elle complètement passée à côté ?
 
Sa stratégie d’étouffement a échoué. Elle s’est mise en mode bulldozer et elle a oublié qu’en tant que candidate à la présidentielle, de surcroit dans un débat de second tour, elle devait présenter une attitude plus présidentielle. Moins de ricanements par exemple n’aurait pas nui.
Trop bagarreuse, Marine Le Pen a semblé aussi être complètement prisonnière de ses fiches. Emmanuel Macron n’a pas manqué d’ironiser quand lui a semblé plus agile, plus spontané.
Surtout Marine Le Pen est apparu en grande difficulté sur deux de ses propositions : bafouillante et amateur sur la sortie de l’euro, imprécise et pas crédible sur l’abaissement de l’âge de départ à la retraite à 60 ans.
 
Un sans faute donc pour Emmanuel Macron ?
 
Pas tout à fait quand même. L’ancien ministre a montré des faiblesses sur les sujets régaliens, voire un inquiétant manque de clarté sur la laïcité. L’un des rares moments où Marine Le Pen a marqué quelques points.
À l’arrivée, il se pourrait bien que pour la première fois un débat d’entre deux tours influe sur le résultat de dimanche prochain. Emmanuel Macron a peut être convaincu ou plus exactement la médiocre performance de Marine Le Pen aura peut être poussé certains électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de François Fillon à passer de l’abstention à un vote Macron.