Les normes ont-elles fait exploser le coût de la construction ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Selon Christophe Castaner, le coût de construction d'un logement a doublé en dix ans, c'est faux.

Le Vrai-Faux de l’Info avec vous, Géraldine Woessner, et le plan d'Emmanuel Macron pour relancer le logement.

Le président l’a présenté en début de semaine. Pour résoudre la crise, (Des loyers qui explosent, une pénurie marquée), le président promet de libérer la construction, et d'assouplir les normes, responsables en partie selon son porte-parole Jean-Christophe Castaner, de l'explosion des prix, 

Le coût de la construction a doublé en dix ans. C’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux. Selon la caisse des dépôts, les coûts de la construction se sont bien envolés depuis 10 ans, mais de 38%. Un logement social coûtait 113 000 euros en 2007. 145.000 aujourd’hui, en moyenne. Ça reste spectaculaire, car les revenus des français, dans le même temps, ont augmenté deux fois moins vite. Et les professionnels le reconnaissent : l'effort des ménages ne peut pas monter au ciel : il faut baisser les prix.

Comment faire ? Ici arrivent les normes qu’évoque Monsieur Castaner. Normes thermiques, normes incendies, règles sur la pollution des sols. Il y en a plus de 4.000 dans le secteur du bâtiment. Le précédent gouvernement en a supprimé une cinquantaine, mais il reste du travail et c’est vrai que certaines sont contradictoires, comme l’obligation d’installer un conduit de cheminée dans les maisons qu'on chauffe à l’électrique, il y a celles qui allongent les délais de construction. Cet empilement serait responsable, selon les professionnels, des deux tiers de l’augmentation des coûts.

Donc on nettoie ces normes, et la facture baisse ?

Ce serait trop simple, non. Il faut savoir que quand on parle de coût de construction, il n'y a pas uniquement les travaux, qui ne représentent, que 67% de la facture totale. Le reste c’est le foncier, les charges honoraires, assurances. Or que montrent les études, sur le long terme : le prix des travaux seuls a bien augmenté, à cause des salaires, du coût des matières premières, des normes de qualité, mais ce mouvement, on l'observe partout dans le monde occidental, la France n'est pas tellement au-dessus (l’augmentation a été supérieure de 7,6% en France par rapport aux autres pays d’Europe). Et depuis deux ans le coût de ces travaux baisse donc simplifier les normes, ça permettra des économies, certainement, mais pas d'énorme ampleur. En revanche, ce qui pèse toujours plus lourd dans le coût d’un logement : c’est le prix du Foncier. Des terrains ! Il y a des disparités, mais cette part peut monter à 40% du coût de construction en Île de France, selon les chambres notariales. En province le foncier s’est envolé de 70% en 10 ans, et ça ne s’arrête pas. Les marges d’économies, elles sont là. Mais il sera difficile de s’y attaquer.

Le gouvernement ne va pas essayer ?

Il le dit. Le foncier explose, Parce que le coefficient d’occupation des sols, c'est ce qu’on a le droit de construire sur une surface donnée, a longtemps été limité, dans les zones tendues, notamment,  on l'a supprimé, mais les maires gardent la main sur les autorisations d'urbanisme. Beaucoup refusent les constructions, au nom du cadre de vie, pour se faire réélire. Le président veut transférer ce pouvoir, aux intercommunalités, et menace de reprendre la main pour ceux qui freineraient les permis de construire. On verra si cette parole sera tenue.