La crise du logement s'invite dans la campagne présidentielle

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le quinquennat de François Hollande a vu se construire 300.000 logements de moins que sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Le Vrai-Faux de l’Info, avec vous, Géraldine Woessner Et la crise du logement, qui s’invite dans la campagne.

Avec Jérôme Chartier, conseiller de François Fillon, qui promet de réformer la fiscalité du logement pour booster enfin la construction.

On a construit, sous ce quinquennat, 170.000 logements de moins que sous Nicolas Sarkozy. C’est vrai ou c’est faux ?

 

Le gap est même plus élevé, Thomas. Si l’on se penche sur les mises en chantiers, c’est-à-dire, les logements qui sont vraiment sortis de terre pendant cette décennie: la différence est nette : près de 2 millions de logements construits entre 2007 et 2012, seulement 1.72 million depuis la différence en réalité approche les 300.000.

En fait, depuis 2012, la construction s’est ralentie.  En dépit des promesses, 500.000 logements par an, c’était un engagement de campagne En dépit des mesures : le seuil de 25% de logements sociaux imposé aux grandes villes. Seuls 360.000 logements par an sont sortis de terre. Alors qu’il en aurait fallu, 400, 420.000 pour maintenir l'existant ce qui explique Thomas les tensions incessantes sur le marché du logement les jeunes, les plus précaires n’arrivent pas à louer alors que les prix ont stagné globalement.

 

Thomas : Qu’est-ce qui a coincé ? Parce que des plans, il y a eu pour le logement social, la loi sur l’encadrement des loyers

 

Mais sur la construction, ils ont eu le résultat inverse de l’effet souhaité. En 2009 pendant la crise, Nicolas Sarkozy avait lancé un plan de relance pour le logement : doublement du prêt à taux zéro, incitations fiscales construction de logements sociaux puis en 2012, virage intégral : le prêt à taux zéro, était vu comme favorisant les propriétaires… il a été limité, verdi, recentré sur les agglomérations or, ce que le gouvernement n,a pas vu, c’est il bénéficiait aux primo-accédants… à ces gens en province ou en zone rurale, où si l’on veut se loger, ben il faut construire

 

Le nombre de prêt accordés a plongé, de 45% jusqu’à ce que Manuel Valls comprenne, en 2015, qu’il y avait un problème ces prêts ont à nouveaux, été étendus, les allègements fiscaux aussi ont refait surface. Bref, la construction repart depuis deux an et demi, mais on n’a pas retrouvé les niveaux atteints sous le précédent quinquennat.