Les petites retraites continuent-elles de baisser sans cesse ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Thierry Solère affirme que le montant des petites retraites ne cesse de baisser.

Le Vrai-Faux de l'Info avec l'inquiétude de Thierry Solère.

Le nouveau porte-parole de François Fillon s'alarme d'une dégradation générale du pouvoir d'achat.

Thierry Solère : "Les retraites des petits retraités ne font que baisser".

Les retraites des petits retraités ne font que baisser, affirme Thierry Solère, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux, même si beaucoup de changements intervenus ces dernières années ont pu donner cette perception, et qu’il existe, bien sûr, des cas particuliers.

Le montant moyen des pensions était en 2014, l’année des derniers chiffres disponibles, de 1.322 euros par mois. Un montant qui stagne depuis car les retraites n’ont pas été revalorisées. Elles sont indexées sur l’inflation, or la hausse des prix est restée très modeste, inférieure en tous cas à la dernière revalorisation en 2013 de 1,3%. Les pensions devraient augmenter à nouveau de 0,6% en octobre prochain, si l’inflation frémis. Le niveau de vie des retraités, lui, ne s’est pas dégradé selon le Conseil d’orientation des retraites qui inclue dans ses calculs le patrimoine immobilier. Il était en 2013 supérieur à celui de l’ensemble des Français.

Mais ce sont des moyennes, Thierry Solère lui, parle des petites retraites.

Alors là, il faut préciser de quoi on parle. Car le nombre d’allocataires du minimum vieillesse diminue et 7,6% des retraités vivent sous le seuil de pauvreté, donc avec moins de 1.008 euros par mois. C’est deux fois moins que dans le reste de la population et chez les enfants ce taux de pauvreté est de 20%. 

Maintenant, les retraités modestes qui ont constaté une perte de revenus, ne l’ont pas inventée. En fait, des mesures fiscales les ont directement touchés, notamment la suppression de la demi-part supplémentaire pour les veufs. En 2014, brusquement, de très nombreux retraités sont devenus imposables et ont dû s’acquitter de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. En même temps, plus d’un million d’entre eux ont subi le relèvement des plafonds pour payer la CSG. Concrètement, ces foyers ont perdu 30 à 50 euros par mois. C’est important mais ce que ne dit pas Thierry Solère, c’est que le gouvernement, face à la grogne des retraités, a corrigé ces mesures en remboursant les impôts locaux qui avaient été payés et en relevant les seuils d’assujettissement à la CSG. La loi a été votée à l’automne et elle concernera plus de 500.000 retraités.