Hollande et Sarkozy ont-ils augmenté chacun les impôts de 19 milliards ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Didier Guillaume affirme que les impôts ont augmenté de 19 milliards sous Sarkozy comme sous Hollande.

Géraldine Woessner pour le Vrai faux de l'info

Le vrai-faux de l’info avec Didier Guillaume sous le radar. Le président du groupe socialiste au Sénat, fervent soutient de François Hollande, en a marre que l’on accuse son patron de matraquage fiscal.

Didier Guillaume : "Nous nous sommes faits endormir par les impôts. Fillon-Sarkozy c'est plus 19 milliards. Hollande c'est plus 19 milliards"

19 milliards d’impôts en plus sous Sarkozy et la même chose sous Hollande, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux, on a passé la journée à éplucher les comptes et à appeler des économistes, personne ne sait d’où sort ce chiffre qui est à la fois, sous-évalué, pour l’un comme pour l’autre, et qui ne reflette pas la réalité.
Quand on parle d’impôts, on parle de beaucoup de choses, en fait. Les impôts qui frappent les ménages, ceux qui ciblent les entreprises et la fiscalité locale bien sûr. Si l’on regarde l’ensemble des prélèvements obligatoires, tout ce que les français paient, les impôts ont augmenté sous chaque quinquennat de 95 milliards d’euros. Pourtant ce chiffre n’est pas fiable car quand la croissance est soutenue, les prélèvements augmentent automatiquement. Or la croissance a été plus forte en moyenne, sous le mandat de François Hollande, que sous celui de Sarkozy. Donc ce que l’on va regarder, c’est la pression fiscale, le taux de ces prélèvements par rapport à la richesse produite. Sous Sarkozy, il augmente d’un point de PIB environ, un rythme deux fois plus soutenu sous François hollande.

Mais est-ce que l’on peut chiffrer précisément les hausses d’impôts de chacun ?

On le peut et c’est étonnant d’ailleurs. Les premières années de son mandat, Nicolas Sarkozy baisse d’abord les impôts avec la défiscalisation des heures supplémentaires, le bouclier fiscal ou l’aide aux ménages, mais dès 2010 la crise est là et il doit redresser les comptes. Il augmente massivement les prélèvements de plus de 40 milliards environ, selon l’OCDE. Une somme qui pèse à la fois sur les ménages et sur les entreprises.
François Hollande, lui, fait un choix totalement différent en misant tout sur la compétitivité. Sous son quinquennat, contrairement aux idées reçues, ce sont les entreprises qui sont a la fête. L’OCDE a recensé 20 milliards, un peu plus, de baisses fiscales, mais en même temps les impôts des ménages ont explosé. Bilan : 27 milliards de plus payés par les Français et ce montant intègre les dernières annonces comme la nouvelle baisse d’impôt sur le revenu des ménages et la baisse du taux de prélèvements obligatoires. Donc minimiser l’ampleur, pour eux, du choc fiscal, ce n’est pas très fairplay.