Emmanuel Macron: "La France n'a pas vendu tant que cela à l’Arabie Saoudite"

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Faux, l'Arabie Saoudite est le premier acheteur d'armement de la France, depuis 10 ans.

Le Vrai-Faux de l’info, avec vous, Géraldine Woessner, et la fermeté affichée d’Emmanuel Macron.

Le candidat d’En Marche promet de "redéfinir" la relation de la France avec les pétro-monarchies du golfe. Les accords fiscaux qui avantagent de riches Qataris sont dans sa ligne de mire, mais c’est tout. 

 

 Il n'y a pas eu tant de ventes d’armes que cela à l’Arabie Saoudite. C’est vrai ou c’est faux ?

 

C’est faux, Thomas. La France vend énormément d'armes à l’Arabie Saoudite, qui est même depuis 10 ans, notre premier client: 12 milliards de contrats, loin devant le Qatar, 8 milliards, qui arrive en 2ème position, c’est ce qui ressort des données que publie, chaque année, le ministère de la Défense.

Alors bien sûr, il faut le préciser : la France a signé récemment d’énormes contrats qui renverseront peut-être cette tendance : des rafales à l'Egypte, au Qatar, 12 sous-marins à l’Australie, ce qui a relégué l’Arabie Saoudite au deuxième rang de nos clients l'an dernier, mais ce ne sont que des commandes, et si l'on regarde les armes effectivement livrées : le royaume saoudien est toujours en tête. 2.8 milliards d’armes vendues en 5 ans. On leur vend des frégates, des systèmes de surveillance… Des armes létales, aussi : fusils de précision, obus de mortier, chaque vente validée par un comité interministériel, c'est la règle, Bercy, la défense, le quai d’Orsay se prononcent.

 

Pourquoi minimiser l’importance de ces ventes?

 

Evidemment vendre à une dictature, en guerre au Yemen, qui finance des groupes terroristes, ce n'est pas populaire. Mais, il y a d'autres raisons. D'abord, la donne est en train de changer : si les nouveaux contrats se confirment, le poids de l’Arabie Saoudite va diminuer, Et puis il faut rappeler que des dizaines de milliers d’emplois sont en jeu. L’industrie de l’armement, c’est 165.000 emplois en France.

Quand on voit ce que pèsent les exportations d'armes dans la balance commerciale, autant ménager ce client, qui a un énorme budget militaire, supérieur à celui de la Russie. Emmanuel Macaron d’ailleurs, est conseillé par Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense, qui déploie des efforts considérables pour vendre des rafales, notamment aux Saoudiens. Vous remarquerez d'ailleurs que peu de candidats se risquent à remettre en cause ces ventes.