Combien des agents de la fonction publique territoriale travaillent le week-end ou la nuit ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

François Lair affirme que 43% des agents de la fonction publique territoriale travaillent le week-end ou la nuit.

Le Vrai Faux avec les conditions de travail des fonctionnaires.

Des milliers d’entre eux ont défillé dans la rue hier, pour dénoncer les projets du gouvernement. Le gel des rémunérations notamment ulcère les syndicats, qui dénoncent un manque de reconnaissance. Comme Jean-François Lair, secrétaire fédéral de la CGT.

Jean-François Lair : "43% des agents de la fonction publique territoriale sont amenés à travailler le week-end, en soirée ou la nuit. C’est comme dans le privé, c’est même des chiffres plus importants".

43% des agents de la fonction publique territoriale travaillent le week-end ou la nuit. C’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux. En fait, pour arriver à ce chiffre, monsieur Lair additionne plusieurs données, issues de l’enquête sur les conditions de travail des salariés, qui fait référence. Et s’il ressort que oui, les presque deux millions d’agents des collectivités sont particulièrement concernés par les horaires atypiques, ce n'est pas dans ces proportions. Et ils n’y sont pas plus soumis que les salariés du privé.

Pour le comprendre, il faut regarder comment est construite la statistique. Les salariés répondent à un questionnaire, travaillez-vous le dimanche, régulièrement, occasionnellement ? Les résultats sont ensuite détaillés selon l'intensité, travailler deux dimanches dans l'année ou tous les dimanche, ce n’est pas la même chose.

En 2013, donc, année de la dernière enquête, 31% des agents territoriaux déclarent travailler le dimanche, mais 10,5% le font régulièrement, plus d'un dimanche par mois. Dans le privé c'est 12,3%. Même chose pour le travail le samedi, répandu puisque de nombreuses administrations sont ouvertes le week-end: 20% des agents travaillent au moins un samedi par mois, contre 29% des salariés du privé... Quant au travail de nuit, il reste rare dans les collectivités : moins de 3% des agents sont régulièrement concernés, contre 6,5% des salariés du privé.

D’où vient alors cette perception d’être si mal traités ?

Il vient d’un énorme problème d’organisation qu’ont montré plusieurs études.

Dans chaque collectivité, on a géré les adaptations, les changements d'horaires au coup par coup, sans vision d’ensemble et sans réfléchir aux conséquences des compensations accordées. Et comme souvent, on n'avait pas de budget, c'est du temps qui compense les horaires atypiques. Des agents qui travaillent la nuit, sont passés à 32 heures, en gardant leurs neuf ou 10 semaines de congé. Mais la charge de travail, elle, n'a pas diminué, et dès qu’il y a une absence pour maladie, c’est l’enfer. La pression s’accentue sur les agents, qui ne sont pas remplacés. D’où ce paradoxe : des fonctionnaires territoriaux, qui travaillent moins que les 1.607 heures qu’ils sont censés faire, mais se sentent épuisés, déconsidérés puisqu'on les primes qui compensent leurs horaires sont souvent dérisoires. On observe la même chose, en pire, à l'hôpital. Un rapport l’an dernier, recommandait déjà de tout remettre à plat.