Les patrons entrent en campagne

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

"Les patrons entrent en campagne" titre La Croix alors que s'ouvre l'Université d'été du Medef.
À l'image du reste de la société, "À quelques mois de la présidentielle, les chefs d'entreprise affichent une méfiance croissante vis-à-vis de la classe politique" écrit le quotidien.
Le Monde utilise même le mot "désillusion".
Une variante en une du Figaro : "Les entreprises interpellent les candidats".
Dans Les Échos, Pierre Gattaz, qui a longtemps porté un pin's promettant la création d'un million d'emplois double la mise, il juge possible de créer "deux millions d'emplois" avec dit-il "les réformes adéquates". Le patron du Medef s'en expliquera tout à l'heure, à 8h15 face à Jean-Pierre Elkabbach.

Vos journaux reviennent aussi largement sur "le rêve américain de l'OM" comme l'écrit Aujourd’hui en France qui voit déjà le futur propriétaire, Frank Mc Court, faire passer la devise du club de "droit au but" à "droit au business". Il s'inscrit dans la lignée des patrons de l'olympique de Marseille charmeurs et hauts en couleurs qui, de Marcel Leclerc à Bernard Tapie, ont mélangé leur authentique amour du foot à une probité parfois douteuse" écrit l'Équipe qui lui consacre sa une.

Et puis 20 Minutes nous raconte la rencontre entre deux mondes, deux univers. C'était hier, au Vatican, Marc Zuckerberg, le patron de Facebook, a été reçu par le pape pour parler de la manière d'aider les plus pauvres.
Il en a profité pour offrir à François "une maquette du drone qu'il entend utiliser pour connecter les zones les plus pauvres, isolées du globe". Marck Zuckerberg, l'homme à l'éternel t-shirt, dont on se demande d'ailleurs si ce n'est pas toujours le même, qui pour l'occasion était en costume cravate, ce qui en soit est déjà un petit miracle.


Axel de Tarlé pour l'économie

"G20: la Chine ferme ses usines pour réduire la pollution", c'est à lire dans Les Échos

Connaissez-vous la ville de Hangzou ?

C'est à 200 kilomètres de Shanghai, une ville de neuf millions d'habitants soit l'équivalent de toute la région parisienne.
Hangzou va accueillir dimanche et lundi prochain le prochain G20 rassemblant donc les 20 plus grandes économies développées : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie et Turquie.

Pour réduire la pollution durant le G20, toutes les entreprises du centre-ville de Hangzou seront en vacances imposées, à partir de jeudi.
Certains usines ont été forcées de fermer pendant 12 jours dans un rayon de 300 kilomètres jusqu'à Shanghai notamment celles de produits chimiques, de textiles. Les centrales à charbon, elles, sont au ralentit depuis une semaine.
L'objectif est clair, que le ciel soit bleu.

Pour réduire les embouteillages, les citoyens sont incités à quitter la ville, beaucoup se sont vus accorder une semaine de vacances.

Cela montre la congestion et la pollution qui frappent ces villes chinoises, cela devrait questionner les Chinois sur la durabilité de leur développement écologique.

 


Eva Roque pour le programme télé

Secrets d’histoire à 20h55 sur France 2.

Stéphane Bern a choisi de s’attaquer à Alexandre le Grand. Un sujet aussi vaste que l’empire conquis par ce roi, né 365 ans avant notre ère.
Un héros qui, évidemment, a donné lieu à de multiples légendes comme le racontent avec passion les historiens intervenant dans ce documentaire.

Alexandre était dresseur de chevaux ?
C’est vrai, à l’âge de 12 ans, il se retrouve face à un cheval, Bucéphal, que personne n’arrive à maîtriser.
Bucéphal sera de toutes les batailles par la suite.

Alexandre a choisi le futur site d’Alexandrie après des analyses topologiques ?
Ce n’est pas tout à fait vrai, les ingénieurs avaient bien choisi un site mais un événement est venu changer le cours de l’histoire.

Alexandre serait un descendant de Dieu ?
A priori c’est faux, enfin à Siwa, en Égypte, un oracle lui souhaite la bienvenue dans son temple et voici ce qui se passe

Alexandre aimait les fêtes ?
Effectivement, il organisait des orgies où l’on buvait beaucoup trop.

C’est truffé de petites histoires dans la grande histoire. Ce documentaire est très rythmé, totalement passionnant et cela donne surtout envie de partir sur les traces de ce conquérant, de la Grèce à l’Inde.

 


Xavier Yvon pour la presse américaine

Une histoire de campagne dans la presse aux États-Unis avec Xavier Yvon.

Ce matin, le site Politico pose la question : la Russie cherche-t-elle à fausser l’élection américaine ?

Oui ça fait peur, on se croirait revenu au temps de la guerre froide, mais c’est une inquiétude qui est en fait grandissante ici à cause de ces nouvelles révélations de cyberattaques : il y a eu une intrusion dans les fichiers électoraux de deux États.
Dans l’Illinois, les pirates ont eu accès aux noms, adresses, date de naissance et numéro de téléphone de 200.000 électeurs. Dans l’Arizona, il a fallu déconnecter l’enregistrement en ligne sur les listes électorales.

Le FBI a lancé une enquête et une alerte à tous les responsables électoraux du pays, selon le site Politico, "On a jamais vu une menace de ce niveau" confie un officiel au site.

Tous les regards se tournent donc vers la Russie car "les hackers sont basés là-bas", affirment des responsables du renseignement américain, cités par la télé NBC. Certains accusent directement le Kremlin d’être derrière ces attaques dans le cyberespace. Comme le mois dernier, quand des documents internes embarrassants pour les Démocrates avaient été volés et révélés. Le camp Clinton avait alors accusé Vladimir Poutine d’aider Donald Trump à gagner la présidentielle, sachant que le milliardaire ne cache pas ses sympathies pour le maitre du Kremlin.

Le risque désormais c’est que des pirates faussent le vote électronique, qui existe dans certains États, piratent des machines à voter, ou bien effacent des listes des tas d’électeurs et, comme l’écrit Politico, ça pourrait faire "des ravages" le jour de l’élection.


Marion Calais pour la Presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la Presse quotidienne régionale

Avec un bon plan signalé par le Télégramme : c'est le moment de remplir sa cuve de fioul dont le prix reste bas, même si, parait-il, il commence à remonter.

Blocages en vue à la Une de Nord Littoral. Lundi prochain, deux opérations escargot et une chaine humaine sont prévus autour de Calais, notamment sur l'A16. Commerçants, agriculteurs et routiers demandent un calendrier précis sur le démantèlement de la jungle.

Les journaux régionaux qui préparent aussi la rentrée. Dès le plus jeune âge, comme dans l'Écho Républicain qui assure que l'accueil des enfants de trois ans en classe se développe.

L'histoire du jour c'est le Watergate ou presque à la nordiste.

Où l'on apprend, dans le Courrier Picard et France 3 Nord Pas de Calais, que Xavier Bertrand a fait faire un dépoussiérage au sein du conseil régional dont il a pris la tête cette année. Un dépoussiérage, ce n'est pas juste un coup de plumeau dans les coins, c'est une vérification sous les tables, dans les lampes, dans les plafonds qu'il n'y a pas de micro espions. Les accès Wifi, les badges et les serrures sont également changés. Dans l'entourage du président du conseil régional, on assume : "Cela se fait en cas d'alternance, ça n'a rien d'exceptionnel". Question de méfiance vis-à-vis de la précédente majorité ? "Je ne suis pas James Bond" commente le prédécesseur socialiste de Xavier Bertrand, Daniel Percheron, qui ne trouve rien à redire à la démarche. "Je comprends qu'il ait été attentif à ne pas être écouté. Moi à mon époque, je ne risquais rien. Personne ne s'intéressait à ce que je disais dans mon bureau". Apparemment, ça n'a pas changé puisque rien n'a été trouvé à l'issue de cette opération qui a tout de même coûté 5.000 euros.