François Hollande : il est prêt pour le combat d'une vie !

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

C'est Direct Matin qui, ce matin, nous remet face à nos craintes avec cette une : "Terrorisme : la menace plane ! "

Vos journaux reviennent aussi largement sur le discours de François Hollande hier.

"Il est prêt pour le combat d'une vie" écrit La Croix.
"Hollande veut imposer sa candidature à la gauche" titre Le Figaro.
Quand Le Monde évoque "un discours attendu et prudent", Libération en a une lecture radicalement différente et fait du Libé: "Pépère se réveille" !

Les Échos ont le sourire ce matin.

Ils se réjouissent de voir "Les starts Up françaises attirer des fonds records". Les pépites françaises ont levé un milliard d’euros lors du premier trimestre.

Changement de registre dans l'Humanité qui organise sa "fête" ce week-end.

L’Humanité a interviewé Alain Souchon et Laurent Voulzy : "Le monde appartient à ceux qui n'ont rien", affirment-ils, ce qui est plus facile à dire quand on vit dans le 6e que lorsqu'on compte les centimes pour boucler le mois.

Celui qui met tout le monde d'accord, ce matin, c'est Gaël Monfils.

"Le nouveau Monfils" comme l'écrit Le Figaro.
"Un Monfils à maturité", pour Libé, qui tentera ce soir de se qualifier pour la finale de l'US Open.
"À l'attaque !" l'encourage L'Équipe.

Et puis il y a "l'instant Jean Pierre Foucault" ce matin.

Grâce à 20 Minutes qui titre "Qui ne veut pas gagner des millions". Depuis le lancement de My Million, une tombola couplée à l'EuroMillion, 18 personnes ne sont pas venues réclamer leur gain. Si vous êtes concernés, n'hésitez pas à nous envoyer vos tickets gagnants ici, à Europe, on recycle le papier.


Axel de Tarlé pour l'économie

"Ne parlez pas d'impôt aux DRH", c’est à lire dans Aujourd’hui en France.

Nous allons passer à l'impôt à la source et concrètement, c'est votre entreprise et plus précisément, le DRH qui va prélever vos impôts sur votre fiche de paye.
Il devra prélever X% de votre salaire pour impôt sur le revenu à votre place, le taux va dépendre de si enfants, une nounou, si vous avez des réductions d'impôts, si vous avez fait un don et autre multitude de niche fiscales.
Bref, c'est susceptible de changer d'un mois sur l'autre.

Les DRH, réunis en Assemblée, craignent d'être harcelés par leurs salariés avec des phrases comme : "Pourquoi vous m'appliquez ce taux, je viens de refaire mes fenêtres". Ils seront en première ligne car en cas de problème, on appelle beaucoup plus facilement son DRH que les agents du fisc.

L’autre problème c’est qu’un salarié qui gagne 2.000 euros va désormais recevoir, 1600 à 1700 euros "ça va lui faire tout drôle" alertent les DRH.
La multitude de cas compliqué, comme les salariés qui ont plusieurs employeurs où ceux qui enchaînent les CDD chez plusieurs patrons, ne va pas faciliter la tâche des directeurs de ressources humaines.

Entre la loi Travail, le compte pénibilité, et le prélèvement à la source, les DRH disent vivent un vrai choc de complexité.


Eva Roque pour le programmé télé

Les petites mains de l’avenue Montaigne, dimanche à 20h45 sur France 5.

C’est le symbole du luxe mais aussi de l’excellence française. Une avenue, au cœur de Paris, à quelques mètres de la radio.
Grâce à ce documentaire, vous allez découvrir les ateliers de chez Dior à quelques heures d’un défilé, l’arrière-boutique d’Artcurial, une salle de vente aux enchères et les coulisses d’un palace, le Plaza, tous situés dans la même artère : l’avenue Montaigne.

A l’hôtel, on retrouve ainsi Monsieur Vernet qui gère la brasserie depuis 40 ans. Entre deux confidences, il avoue qu’une table est prisée par tous les clients et pourtant ce n’est pas la plus confortable.
En cuisine, le sous-chef Gilbert Benhamou prépare le plat emblématique : le poulet rôti. Il doit bien avoir un secret pour que ce poulet soit le meilleur de Paris.

Un joli documentaire grâce auquel j’ai découvert le métier de vernisseur au tampon. On voit ainsi un jeune ébéniste restaurer le mobilier du palace avec un tampon, faisant preuve d’une délicatesse absolue.
C’est d’ailleurs une des grandes réussites de ce documentaire, avoir su filmer des gestes de gens passionnés comme on filmerait des danseurs étoiles.

Des artisans-artistes prônant l’excellence, l’art de la perfection et toujours avec humilité.
Un film finalement un peu trop court car on voudrait encore plus d’histoires, encore plus de rencontres.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

"Naufragés des cimes" dans le Dauphiné Libéré avec ces cabines bloquées au milieu de la montagne. En cause : un croisement de câble qui n'a pu être réparé.
Le mur de la discorde dans Nord Littoral. Les britanniques ont annoncé la construction d'une barrière de quatre mètres de haut autour du port de Calais pour dissuader les migrants. Natacha Bouchart, maire de la ville, juge que ce mur n'a pas lieu d'être après l'annonce de la poursuite du démantèlement de la jungle par le gouvernement.
À la Une aussi les encouragements de Var Matin : "Allez la France !". Toulon accueille les concurrents de la Coupe de l'America ce week-end. avec les premières régates dès cette après-midi.
 
L'histoire du jour c'est la lettre qui prouve que des amours peuvent durer.

"Ernest chéri, mon amour aimé, viens me secourir !". Voilà les premiers mots de cette lettre d'amour, à priori vieille de 94 ans. En tout cas, raconte Nice Matin, la boîte dans laquelle elle a été retrouvée porte mention de l'exposition coloniale de Marseille en 1922. Cette boite, elle a été découverte sur le chantier d'un hôtel de Nice, dans un faux plafond, au dernier étage. À l'intérieur, la lettre, un peu jaunie, datée d'un lundi midi, signée Antoinette et qui continue ainsi : "je suis comme un corps sans âme parce que tu n'es pas là. De tout cœur Ernest, viens vite. Je t'attends et je t'aime. Ta Toinette, ta chère petite fiancée au cœur brisée qui t'appelle bien fort". C'est beau non ? Et c'est pour mettre un nom sur ces prénoms que l'hôtel va tenter de remonter sur les traces des occupants de cet appartement de fonction qui appartenait à la Poste. Un avis de recherche a aussi été lancé sur Facebook avec déjà toutes sortes de théories, notamment ceux qui estiment que la lettre était cachée parce qu'Ernest et Antoine étaient amants.

Xavier Yvon pour la presse américaine

Une histoire de campagne dans la presse américaine avec Xavier Yvon. Aujourd’hui une révélation du site Politico, la campagne d’Hillary Clinton, c’est le film Matrix.

Effectivement chez Clinton, tout est régi par des colonnes de petits chiffres verts qui défilent par millions. Des mathématiques pour faire de la politique, c’est que nous apprend un article fascinant de Politico.

Il y a dans le QG de Clinton à Brooklyn, un grand sorcier des statistiques, Elan Kriegel. Personne ne le connait mais c’était l’une des premières recrue et l’une des mieux payés, il dirige une équipe de 60 mathématiciens et analystes, "le système nerveux de la campagne Clinton" écrit le site.

Pour comprendre il faut savoir qu’aux États-Unis les campagnes électorales sont passées à l’ère du " big data". Ça marche comment ? On rassemble toutes les informations personnelles disponibles sur les électeurs (âge, appartenance ethnique profession, situation familiale ou encore votes précédents). Avec ça, on construit des modèles statistiques pour cibler plus précisément les messages.

La nuit les ordinateurs du QG de Clinton tournent à fond pour faire 400.000 simulations de l’élection.

Et absolument rien n’est décidé sans consulter l’homme de la matrice : dans quelles villes envoyer la candidate faire campagne, à quelles portes les militants vont frapper, quels numéros ils appellent, quels réseaux sociaux ils utilisent… C’est même un algorithme qui décide où va chaque dollar dépensés en pub à la télé.

Et les statistiques ne disent pas seulement qui il faut cibler et où, mais aussi quand le faire pour plus d’efficacité : deux mois avant, trois semaines, deux jours ou la veille.

Donald Trump, lui trouve ces méthodes "surfaites", il préfère faire campagne à l’instinct.
Alors, les maths contre les tripes, qui va gagner ?

Pour accéder à l’article du site Politico, cliquez ici.