Europe, je t'aime moi non plus

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Le désaveu des politiques européennes n'a d'égale que notre attachement à ne pas nous en séparer. Paradoxe dont le Brexit est la dernière représentation.

"Je te déteste, moi non plus" ! Libération dégaine, en Une, un sondage sur l'Europe : "68% des Français jugent que les décisions de l'Europe sont allées dans le mauvais sens". "54%, que l'Union a eu une politique d'accueil un peu trop généreuse avec les migrants".

"L'enfer c'est les autres" résume Libération. Mais si l'enquête révèle un paradoxe : "il y a un repli vis à vis d'une UE qu'on n'aime pas... mais qu'on ne veut pas quitter" ! "L'Europe c'est pas si mal" semble répondre Aujourd'hui en France qui en fait aussi sa Une. Et nous rappelle qu'elle est "un formidable foyer d'innovation", "qu'elle nous a apporté la stabilité économique" ,"le progrès", mais aussi "la paix".

Le dessinateur Ranson, a d'ailleurs croqué un couple en pleine discussion. Lui : "Ce qu'il y a de bien avec l'Europe... Heu ...Ça nous a apporté la paix". Elle : "On verra si tu continues à dire ça si c'est l'Allemagne qui gagne jeudi soir".

Un peu plus loin, le quotidien, comme tous les autres revient sur la loi Travail : "22, revoilà le 49.3".

L'opinion s'agace du "Psychodrame sans fin". "Valls acte sa mise en minorité mais s'obstine à passer en force", s'énerve L'Humanité. Qui accuse le Premier ministre de choisir "la lutte des clashs"."5 mois pour (presque) rien", regrette Le Figaro, qui déplore non pas la forme mais le fond. Avec un texte "bien éloigné des ambitions initiales".

Et puis il y a 20 minutes. Cet article titré "le baiser, de l'âme au geste". Mais c'est le sous-titre qui est intéressant : "ce mercredi on célèbre la journée internationale de la galoche !".

"La pelle, la galoche, le patin sont à la fête", écrit le gratuit. Qui nous propose un abécédaire : le smack (Comment ?) ou encore "le bisou esquimau ? (avec le nez). Et "le french kiss" (avec la langue). Au fait savez-vous pourquoi on parle du "french kiss" ? Ça vient des observations d'un chercheur néerlandais qui en 1926 a observé un couple de bretons, Monsieur et Madame Maraichin: "les bienheureux passaient des heures à mutuellement explorer et caresser la cavité intérieure de la bouche de l'autre en y plongeant la langue". "Ce que les romains appelaient "le suavum". La pelle quoi !