Bruno Le Roux s'en va

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Il a l'air bien seul, le bel ours polaire qui scrute la mer, posé sur son tout petit morceau de glace, en une de CNewsMatin.

Alors que l'ONU s'inquiète des températures records de 2016, le gratuit titre "La planète en ébullition". Concrètement, "le niveau de la mer continue à monter et les océans à se réchauffer dans des proportions supérieures à ce qu'imaginaient jusqu'à présent les experts". D'ailleurs ils le reconnaissent  : "Nous touchons aux limites de notre savoir scientifique"(Comme dirait l'autre, "Jusqu'ici tout va bien, mais l'important c'est pas la chute, c'est l'atterrissage")

Bon, tout ne va plus si bien pour Bruno Le Roux "Le Roux de l'infortune" tente 20 Minutes "Lui, il s'en va" ose Libération (comme si la vertu suprême, aujourd'hui, n'était plus d'être irréprochable mais de savoir partir quand on est pris)

Le Roux "Pris dans la tempête", en une du Figaro

"Fillon, Le Pen, Le Roux : tout reste affaires" titre Le Canard Enchaîné

L'Opinion aussi fait sa une sur "le virus des affaires" Seul Kak réussit encore à nous faire sourire de ce climat détestable. Il a croqué le Fillioniste Bruno Retailleau qui dit à son  candidat : "Les filles de Bruno Le Roux sont soupçonnées d'emploi fictif à l'AN"...Mais c'est Pénélope Fillon qui lui répond : "Effectivement je ne les ai jamais croisées"

Sinon, Aujourd'hui en France nous livre quelques infos essentielles sur "Les petits secrets du grand débat", de lundi soir. Ainsi, "Benoit Hamon s'est mis en condition dans sa loge en sirotant un petit verre de vin blanc"

François Fillon a séché les essais techniques "Ça m'emmerde ces essais. On a l'impression qu'on fait de la télé-réalité"

Quant à Marine Le Pen, elle s'est plaint de devoir rester 3h30 debout avec des talons. Et a reproché  à ses codébiteurs d'avoir "refusé de s'asseoir pour la seconde partie du débat"


-


On regarde ensemble ce matin la presse irlandaise, au lendemain de la mort de Martin Mc Guinness, un acteur clef de la pacification de l’Irlande du Nord.

"Martin Mc Guinness effectue son dernier voyage à travers la ville qu’il appelait "sa maison". Voilà l’un des nombreux titres du site d’info Belfast  Live consacré à cette disparition avec une photo, qui est dans tous les médias irlandais : celle du cercueil de l’ancien vice-premier ministre nord-irlandais recouvert du drapeau vert-blanc-orange, et porté par ses proches à travers la ville de Derry : sa femme, ses fils et ses filles se relaient avec ses amis, dont Gerry Adams, le barbu, son compère  d’abord au sein de l’IRA, l’Armée républicaine irlandaise depuis les années 70, puis au sein du Sinn Fein, le prolongement politique du mouvement pour l’indépendance.

Au-delà de l’émotion de ses plus proches, beaucoup d’hommages lui ont été rendus

Des hommages y compris de ses opposants politiques, qui "reflètent le rôle positif qu’il a joué pour contribuer à la paix" en Irlande du Nord, écrit The Irish Times, dans un édito titré "Mc Guinness est devenu un politicien de 1er ordre". Pas question, pour le quotidien, d’oublier que "dans les années 70 et 80, il a été un acteur clef d’une organisation responsable de la mort de 1800 hommes, femmes et enfants et de la mutilation de milliers d’autres"

Mais l’éditorialiste souligne « sa gigantesque influence dans la décision des Républicains de passer du fusil Armalite aux urnes, rendant possible l’accord de Belfast, l’accord  du Vendredi saint en 1998. Sa mue politique l’amène même à serrer la main de la Reine d’Angleterre en 2012. "Tout s’est bien passé, je suis toujours républicain", avait-il dit ensuite.  La Reine qui a fait savoir hier qu’elle appellerait personnellement la veuve de Martin Mc Guinness.

Et forcément, avec un tel parcours, il y a eu aussi des notes dissonantes.

Forcément. Elles sont venues très logiquement de victimes de l’IRA, qui n’ont jamais pardonné les années de guerre  à l’image d’un ancien secrétaire d’Etat conservateur britannique, Lord Norman Tebbit, blessé dans l’attentat de Brighton qui visait Thatcher, en 84 sa propre femme est restée paralysée. Le BelfastLive rapporte ses propos, tenus hier : Lord Tebbit espère queMc Guinness est "cantonné dans un coin particulièrement chaud et déplaisant de l’enfer pour le reste de l’éternité".  Voilà qui rappelle la violence de ce conflit qui a déchiré les communautés d’Irlande du Nord il n’y a pas si longtemps.  


 -

EVA ROQUE Martin, sexe faible – site Studio 4 France Télévisions

Je vous ai déniché une petite pépite sur le site de France Télévisions, une web série humoristique. Martin, c’est Bridget Jones au masculin. Une sorte de Thomas Sotto Ici, tout est inversé. Les bébés naissent dans une paternité et pas une maternité. Les filles jouent aux jeux vidéo en buvant des bières, draguent leur voisin de palier, en l’occurrence Martin qui rêve, lui, de la princesse charmante.

Quant à la journée de la femme, elle devient la journée de l’homme. Notre pauvre Martin se retrouve au milieu d’une conférence de rédaction 100% féminine. Il faut trouver un homme pour un débat économique Et dans ce monde évidemment, Martin prend soin de lui. Comme vous Thomas. 

J’aime beaucoup cette série parce que l’humour vient démonter et démontrer toute la bêtise du sexisme ordinaire. Certaines scènes peuvent paraître ridicules mais au fond elles reflètent assez justement la réalité. L’écriture est efficace, et les comédiens excellents à commencer par Paul Lapierre. Une web série en 8 épisodes pour la première saison. Et déjà 2 épisodes en ligne pour la deuxième.


MARION CALAIS REGION