Le journal des sports - Bastia-Lyon, le match de la violence

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité sportive présenté par Jérôme Lacroix.

À la Une ce matin, les violences à Bastia.

Le 5 novembre dernier, à l'issue du match aller en championnat de France à Lyon avec une défaite bastiaise dans un contexte délicat puisque deux joueurs corses avaient été exclus. À ce moment-là, l'entraîneur bastiais François Ciccolini, récemment démis de ses fonctions, avait prédit, une visite rhodanienne houleuse.
Ces mots ont peut-être été un peu trop pris au pied de la lettre par certains fans bastiais, qui ont agressé physiquement les Lyonnais hier, en s'introduisant sur la pelouse, avant la rencontre pendant l'échauffement. Nouvelles bagarres à la mi-temps, la rencontre n'est donc pas allée à son terme. Des agissements choquants qui font réagir jusqu'au sein du gouvernement avec notamment Patrick Kanner, ministre des Sports.
Les bastiais peuvent s'attendre à de lourdes sanctions comme un match perdu, un retrait de points ou un stade suspendu. La Commission de discipline de la Ligue se saisira du dossier dès jeudi.
La dernière rencontre de cette 33e journée a, elle, pu se tenir et elle a vu la victoire des Marseillais 4-0 face aux Verts de Saint-Etienne.

Le mot "sport" du jour ?

"Disponible". Le tennisman Jo-Wilfried Tsonga, après bien des hésitations, est finalement disponible pour la demi-finale de Coupe Davis France - Serbie en septembre prochain. Il faut dire que son mot d'absence initial : "Je suis témoin de mariage", ne passait pas très bien. Il sera là. Il va même rejouer au tennis, cette semaine au tournoi de Monte Carlo. Un Tsonga épanoui, papa depuis quelques semaines.
Hier, qualification pour le second tour de Gilles Simon, tombeur du Tunisien Jaziri.


L'histoire du jour ?

Une immense page qui se tourne, dans le rugby Français. Le Stade toulousain, éliminé de la course à la phase finale du Championnat de France. Le club le plus titré de France ne finira, lors des quatre dernières journées, dans les six premiers du classement. 41 ans qu'on n'avait plus connu telle déconvenue à Toulouse.