Rue des Allocs : la ville d'Amiens réclame la déprogrammation de l'émission

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Suite à un récent incendie mortel dans le quartier où a été tourné l'émission, la ville d'Amiens réclame la déprogrammation de Rue des Allocs.

L’info média qui fait la une ce matin, c'est cette nouvelle polémique autour de La Rue des allocs. Jeudi soir, M6 doit diffuser les deux derniers épisodes de sa série documentaire, une immersion dans un quartier pauvre d’Amiens. Une diffusion qui provoque la colère de certains habitants, quelques jours après un incendie dans ce quartier et coûté la vie à quatre personnes.

Quel est le concept de cette émission ?

C’est un concept adapté d’un format britannique, Benefits street, diffusé sur Channel 4. Il s'agit de suivre le quotidien de personnes plongées en situation de grande précarité. Elles vivent sous le seuil de pauvreté, et ce docu-réalité veut rendre compte de leur combat pour joindre les deux bouts. Pour la version française, M6 a planté ses caméras pendant plusieurs mois au cœur du quartier Saint-Leu à Amiens. Un quartier où le chômage atteint un taux de 40%.

Lors de la diffusion des deux premiers épisodes, le 17 août dernier, La rue des allocs avait réuni 1,8 million téléspectateurs en prime-time. Mais elle avait surtout soulevé une véritable tempête médiatique. L’émission a été taxée de misérabilisme, accusée de jouer sur la précarité et la détresse sociale pour fabriquer un programme qualifié parfois de "télé-poubelle". En clair, une stigmatisation des bénéficiaires des aides sociales, une émission racoleuse qui véhicule les clichés, comme l’alcoolisme ou le travail au noir.

À l’issue de cette diffusion, des téléspectateurs avaient saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Le CSA qui n’avait relevé aucun manquement de la part d’M6, mais qui avait tout de même jugé que le titre de l’émission, La rue des allocs, avait une "connotation péjorative" et qu’il n’était pas révélateur de la situation des habitants de ce quartier d’Amiens.

Mais ce matin, c’est un événement tragique survenu dans ce quartier qui ravive les tensions.

Oui, le 3 novembre dernier, un incendie ravageait une habitation de la rue des Granges, au cœur du quartier Saint-Leu. Un incendie qui a coûté la vie aux quatre occupants de ce logement, un couple âgé de 23 et 24 ans et leurs deux jeunes enfants.

Ce drame a provoqué une très grande émotion dans la ville. Il a même déclenché une véritable fronde contre la chaîne : les habitants du quartier Saint-Leu et certains responsables politiques dont la maire d’Amiens demandent l’annulation de La rue des allocs, dont la diffusion est prévue jeudi soir en prime-time.

Pour eux, c’est une question de décence. Au lendemain des obsèques de la famille disparue dans l’incendie, une pétition a été lancée sur le site change.org. À l’heure où nous parlons, elle réunit plus de 900 signataires qui réclament la déprogrammation pure et simple de l’émission.

Une déprogrammation dont M6 ne veut absolument pas entendre parler.

Pourquoi la chaîne campe-t-elle sur ses positions ?

Pour M6, l’argumentation tient sur un principe très simple : les victimes de ce dramatique incendie n’apparaissent à aucun moment dans la série documentaire. On nous assure ce matin que les équipes de production ont visionné minutieusement les épisodes qui doivent être diffusés jeudi prochain pour s’assurer qu’aucun plan ne laisse apparaître la maison détruite depuis par les flammes.

En revanche, pour la chaîne, pas question de minimiser ce tragique événement. M6 a bien conscience de l’émotion suscitée dans le quartier Saint-Leu. Jeudi soir, elle a d’ailleurs prévu d’insérer un message d’hommage entre les deux épisodes.

Un message qui ne suffira sans doute pas à calmer la colère des Amiénois.