Marion Maréchal-Le Pen privée de télévision par Marine Le Pen

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Marion Maréchal-Le Pen n'ira pas dans "L'Emission Politique". La députée du FN devait se rendre sur le plateau de France 2, mais elle a été interdite d’antenne par Marine Le Pen.

Marion Maréchal-Le Pen n’a pas obtenu son bon de sortie. Pourtant sur son agenda, elle avait entouré cette date du 10 novembre depuis plusieurs semaines. La députée du Vaucluse devait se rendre sur France 2, sur le plateau de "L'Emission politique" de David Pujadas et Léa Salamé. Elle était enthousiaste à l’idée de participer à ce rendez-vous très exposé, pendant 2 heures, en prime time, devant 2 millions de téléspectateurs. Mais voilà, il n'en sera rien. On a appris hier que Marine Le Pen a posé son véto. Elle a purement et simplement interdit à sa nièce de répondre favorablement à l’invitation de France 2. Privée de télé en quelque sorte !

Pour justifier sa décision, l'entourage de la présidente du Front National a fait savoir qu’il s’agissait d’une histoire de calendrier interne. Officiellement, le projet présidentiel de Marine Le Pen n'est pas encore bouclé. Les responsables du parti portent en ce moment même la dernière main au programme de leur candidate. Tout n'est pas encore terminé. Il ne serait pas opportun de se rendre sur un plateau de télévision avant de l'avoir bouclé. C’est cet argument qui avait déjà conduit Marine Le Pen à décliner une première invitation de "L’Emission politique" il y a quelques semaines.

Mais cela réveille aussi quelques tensions entre Marine Le Pen et sa nièce. Officieusement, on peut aussi penser que Marine Le Pen veut garder la main sur sa communication. Elle n'a aucune envie de laisser quelqu'un d'autre parler à sa place. C’est à elle d’y aller, et elle ira, mais quand elle l’aura décidé, probablement au mois de février prochain, lorsque tous les candidats seront déclarés et que son programme sera prêt. Cette décision fait écho à une déclaration de Marine Le Pen qui estimait au mois de juillet que sa nièce avait parfois tendance à tirer un peu trop la couverture à elle, qu’elle gagnerait à jouer plus collectif.

Du côté de Marion Maréchal-Le Pen, on prend acte, on se plie à la décision du parti, mais on ne cache pas une certaine amertume. L’entourage de la jeune députée préparait cette émission depuis plusieurs semaines. Cet épisode s’inscrit aussi dans le feuilleton qui oppose Marine Le Pen à France 2. Il y a tout juste un an, en pleine campagne pour les élections régionales, la présidente du Front National avait fait faux bond à l’ancêtre de "L’Emission politique", "Des paroles et des actes", annulant sa venue trois trois heures seulement avant le direct. A l’époque, elle critiquait l’organisation du débat, la qualifiant de "mascarade". Ses relations avec France 2 ne devraient pas s’arranger après ce qui ressemble à un nouveau désistement par ricochet.

C’est aussi un coup dur pour France 2 qui avait commencé à préparer cette émission. Ce matin une source à France 2 nous indique que la surprise est totale. Bien sûr, l’hostilité de l’entourage de Marine Le Pen était palpable, mais rien ne laissait imaginer un véto catégorique. Alix Bouilhaguet, la rédactrice en chef de "L’Emission politique", évoque un véritable "casse-tête". La chaîne n’a plus que 15 jours pour trouver un nouvel invité. C’est aussi une équation impossible : faute de combattant, il va être de plus en plus compliqué de respecter le temps de parole.

En revanche, on peut imaginer que certains se frottent les mains ce matin. On pense à Nathalie Kosciusko-Morizet ou à Jean-François Copé. Nul doute qu’ils seront prêts à chambouler leur agenda pour se rendre disponibles le 10 novembre prochain. Deux options qui ne sont pas à l’ordre du jour du côté de France 2, qui nous confirme ce matin que les deux candidats à la primaire de la droite et du centre ne décrocheront rien d’autre qu’un simple entretien politique, dans la foulée du journal de 20 heures.