François Bugingo dans le viseur de la presse canadienne

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Samedi, le quotidien canadien La Presse a publié une grande enquête intitulée "Les mirages de François Bugingo". Dans cet article très détaillé, le journal passe en revue les différents reportages dans lesquels le journaliste François Bugingo aurait inventé des faits.

A 41 ans, François Bugingo est un grand reporter reconnu dans le monde des médias canadiens,notamment pour sa couverture dans des zones de guerre. Un statut qui lui a permis de devenir vice-président international de l'organisation Reporters sans Frontières. Au cours de sa carrière journalistique, il prétend s'être rendu dans 152 pays dont la Syrie, le Sierra Leone ou encore le Rwanda.

Mais l'enquête lève surtout le voile sur des faux témoignages lors de ses reportages à l'étranger. De nombreux témoins que François Bugingo affirme avoir rencontré sur les lieux de ses reportages, ont raconté qu'ils ne se sont jamais trouvé au même endroit que le journaliste.

Plusieurs faits mensongers cités dans l'enquête ont été publiés sur son blog, hébergé sur le site du Journal de Montréal.

Exemples

En Libye, à Misrata, le journaliste témoigne de l'exécution d'un tortionnaire du régime de Khadafi. François Bungingo n'a jamais mis les pieds à Misrata.

En octobre, le journaliste raconte un récit qui se déroule en 1993 à Sarajevo où il aurait trinqué avec les tireurs d’élite serbes qui jouaient de la guitare. Seulement, ses compagnons de voyage ont démenti ses informations, affirmant qu'ils n'ont jamais été à Sarajevo.

À la suite de la publication de l’article samedi, plusieurs médias dont 98,5 FM, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec pour lesquels le journaliste travaillé, ont annoncé qu’ils suspendaient définitivement  leurs collaborations.Par le biais d'un communiqué de presse de son avocate Me Boyer, le journaliste François Bugingo, dont la crédibilité est engagée, a décidé de se retirer de l'espace public momentanément. "Pour préserver la sérénité de ma famille et mes proches, ainsi que me permettre de répondre avec le même professionnalisme dont j’ai toujours fait preuve, je me retire donc momentanément de l’espace public.", a-t-il déclaré.

Une histoire qui peut faire le parallèle avec un épisode récent arrivé aux Etats-Unis. Brian Williams, le présentateur vedette de la chaîne NBC News depuis 2004, a été suspendu six mois après les mensonges sur ses souvenirs de reportage en Irak en 2003. Un reportage dans lequel il avait déclaré se trouver dans un hélicoptère de l'armée américaine qui avait essuyé des tirs de lance-roquette.