L'hommage du Grand direct des médias à Emmanuel Maubert

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Suite à la disparition d'Emmanuel Maubert qui a bouleversé toute la rédaction, l'équipe du Grand direct des médias a souhaité rendre hommage à celui qui faisait partie de la "famille Europe 1".

Les auditeurs d’Europe 1 ont fait sa connaissance, lorsqu’il nous avait rejoints en 2006 mais sa carrière avait débuté bien avant cela.

Dès la fin des années 1980. D’abord au sein de plusieurs radios libres où il acquiert ce ton si spécifique, cette voix identifiable entre toutes.
Emmanuel Maubert passe ensuite par RMC, puis par France Info, où il assure la revue de presse entre 1993 et 1995.

Après la radio, Emmanuel fait ses premières armes en télévision sur Canal+ avec Marc-Olivier Fogiel, dans TV+ en 1998. La chaîne cryptée où il participera ensuite à plusieurs émissions comme Nulle part ailleurs, + Clair ou Le Grand Journal. Il s’y forge une très solide connaissance des coulisses de la télé. Une expérience qu’il lui permet de devenir chroniqueur sur RTL, en tant que spécialiste des médias en 2005.

C'est là que Jean-marc Morandini repère ses avis mesurés, ses expertises toujours si justes et ce ton feutré, chaleureux et caractéristique. Il devient le rédacteur en chef du Grand direct des médias de 2006 et 2010. A l’antenne, il livre aussi ses "indiscrétions" sur le microcosme de la télé. C’est à ce moment que Jean-marc Morandini lui donne ce surnom qui restera dans les mémoires : "Maître Maubert".
Sur Europe toujours, entre 2011 et 2013, il réveille les auditeurs dans la Petite matinale, de 5h à 7h. La saison dernière, il était chroniqueur dans les Petits dimanches entre amis d'Alessandra Sublet. Tout récemment, il y a quelques semaines, il était venu à ce micro pour commenter l'actualité télé. Il faisait partie de nos "téléflingueurs".

Parallèlement, à la télévision, il avait gagné la sympathie du public dans C à vous, où il était chroniqueur de 2009 à 2014.

Emmanuel, c'était une voix, mais aussi une carrure imposante, rassurante et de la malice dans le regard, de la bienveillance et de la gentillesse.

Il y a une quinzaine de jours, Emmanuel était victime d’un accident cardiaque. Il était à Cannes, pour le tournage d’un numéro des Petits Plats de Babette, l’émission culinaire de France Ô qu’il co-animait avec Babette de Rosières. Ces derniers jours, les nouvelles sur son état de santé étaient plutôt rassurantes. Nous nous accrochions tous, ici, à cet espoir qui s’est éteint hier soir, à l’annonce de sa disparition, à l’âge de 51 ans.

 
Hier soir, dès l'annonce de la disparition d'Emmanuel Maubert, les réactions se sont multipliées.

Des anonymes, des téléspectateurs charmés par ce style si particulier, par cette bonhommie que dégageait Emmanuel.

Des réactions aussi de la part des personnalités de l'univers des médias. Il les connaissait absolument tous. Et ces hommages, ils ont la même tonalité. Ce sont les mêmes mots qui reviennent de la part de ceux qui l'ont côtoyé : drôle, brillant, épicurien, mais surtout généreux, gentil et bienveillant. Un chic type et quelqu’un de bien.

Hier soir, Babette de Rozières, avec laquelle Emmanuel Maubert animait l’émission culinaire de France Ô, faisait part de sa grande émotion sur Twitter : "je suis effondrée, mon Manu est parti au ciel. Il m’a laissé. Comment est-ce possible ?"
Anne-Sophie Lapix écrivait quant à elle qu’elle pensait à lui avec tristesse et émotion. Elle a annoncé un hommage à Emmanuel Maubert ce soir dans C à vous sur France 5.
Jean-Pierre Foucault évoquait "une profonde tristesse et des prières pour son repos". Michel Denisot, Cyril Hanouna, Stéphane Bern et tant d’autres encore faisaient part eux aussi de leur tristesse.

Cette tristesse infinie ce matin, nous la partageons tous. Emmanuel, "Maître Maubert" comme nous l'avions surnommé, est parti !
La nouvelle de sa disparition est une douleur pour tous ceux qui comme nous ont croisé la route d’Emmanuel Maubert. 

Invité(s) : Alessandra Sublet (animatrice) et Pierre-Antoine Capton (producteur)