La série Homeland victime d'un piège

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Trois décorateurs ont fait passé des messages critiques sur la série Homeland lors de la diffusion.

Le fait média du jour, c’est cet incroyable piège tendu à la série américaine Homeland. Des artistes engagés sur le tournage de la dernière saison ont profité de l’occasion pour faire passer des messages contre la série !

Jérôme Ivanichtchenko vous êtes notre expert média.

Qu'est-ce qu’est Homeland ?

C’est une série américaine à succès. Voilà maintenant cinq saisons qu’on suit les aventures de Carrie Mathison, une jeune femme, agent de la CIA, incarnée à l’écran par la comédienne Claire Danes.

Au sein de l’agence de renseignement, elle est un peu la seule à penser que Brody,un militaire américain, otage en Irak pendant de longues années et libéré depuis, est devenu à son tour un terroriste.

Aux États-Unis, Homeland est diffusée sur la chaîne Showtime. En France, c’est actuellement sur Canal+ Séries qu’on peut suivre la dernière saison.

Une série qui a été récompensée par cinq Golden Globes depuis sa création.

Un épisode de la dernière saison a été victime d’un piège, un sabotage tendu par trois artistes.

Au mois de juin dernier, ces trois graffeurs sont engagés par les producteurs de la série pour travailler sur les décors d’une scène tournée à Berlin. L’action du 2e épisode de la saison 5 est sensée se dérouler dans un camp de réfugiés syriens en Lybie. Pour les besoins de cette séquence, le réalisateur demande alors à ses artistes de taguer les murs avec des inscriptions rédigées en arabe.

Ils acceptent le job mais il y a une chose que la production ignore, c’est qu’ils ne sont pas de très grands fans de la série. Ils y sont même franchement hostiles et ils vont profiter de l’occasion pour exprimer leur mécontentement.

Sur les graffitis qu’ils réalisent et qu’on peut donc voir à l’image dans cet épisode, on peut découvrir ces phrases, à la condition de lire l’arabe évidemment :

"Homeland est raciste", "Homeland est une blague qui ne nous fait pas rire" ou encore "cette série ne représente pas les opinions des artistes".

Cet épisode a été diffusé aux États-Unis dimanche dernier. La grande majorité des téléspectateurs n’y a vu que du feu, mais ceux qui comprennent l’arabe n’ont pas manqué ce détail.

Les trois artistes se sont exprimés sur leur geste. L’un d’entre eux expliquait hier à l’AFP que la série "avait déjà fait, à plusieurs reprises, une représentation erronée de personnes censées être arabes ou musulmanes. Des personnages dépeints essentiellement comme des adversaires."

Pour eux, Homeland entretient une opposition entre les gentils américains, protecteurs qui affrontent une menace musulmane "perverse et mauvaise".

Ce n’est pas la première fois que la série se retrouve dans la ligne de mire…

Homeland est régulièrement accusée de manichéisme. Pour beaucoup, elle véhicule des stéréotypes et diffuse une très mauvaise image du monde musulman.

La deuxième saison de la série avait été la cible de nombreuses critiques. Notamment pour une de ses intrigues qui présentait un complot improbable monté à la fois par le Hezbollah libanais et par l’organisation terroriste Al-Qaïda.

L’an dernier, c’est un pays qui s’était soulevé contre la série. Le Pakistan qui estimait que les producteurs donnaient de lui une vision erronée et dégradée.

Ce qui semble tout de même surprenant dans cette affaire, c’est que personne n’ait repéré ces messages. La série compte dans son staff de nombreux conseillers artistiques.

Sur ce point, Alex Gansa, l’un des créateurs de la série, a réagi hier. Et il est plutôt beau joueur. Bien sûr, il regrette de ne pas avoir vu avant mais il ajoute que Homeland s’est toujours voulue comme une série subversive destinée à ouvrir le débat. Et finalement, il est même admiratif de cet acte de "sabotage artistique", comme il le qualifie.