La guerre est déclarée entre le CSA et Cyril Hanouna

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Cyril Hanouna, qui reproche au CSA d'inciter à la délation sur son compte Twitter, a annoncé son intention d'attaquer le Conseil supérieur de l'Audiovisuel en justice.

On revient ce matin sur cette nouvelle polémique autour de Cyril Hanouna.

Une polémique qui est née d’un canular téléphonique. C’était jeudi soir, en 2e partie de soirée. Cyril Hanouna présentait Baba Hotline, un programme qui reprenait le concept et les codes des émissions de radio de libre antenne, et sur lequel C8 avait apposé une signalétique "déconseillé aux enfants de moins de 12 ans".

Un programme dans lequel Cyril Hanouna recevait notamment les appels d’interlocuteurs qui répondaient à une petite annonce postée sur un site de rencontres. Plusieurs hommes, qui n’étaient pas dans la confidence, se sont fait piéger. Le ton est moqueur et le niveau d’humour est très discutable. En revanche, ce canular a déclenché une déferlante de réactions hostiles.

Et la séquence est très mal passée, notamment auprès d’une association.

Oui, auprès de l’association le Refuge, association à laquelle Cyril Hanouna apporte pourtant régulièrement son soutien. Dans un communiqué diffusé vendredi, elle fustige l’image dégradante véhiculée par l’attitude caricaturale de l’animateur. L’association fait part de sa consternation et de son intention d’alerter le CSA. Elle envisage même des poursuites pénales ou civiles.

Sur les réseaux sociaux, Cyril Hanouna se retrouve alors accusé d’encourager les comportements homophobes. Le tout à un moment particulièrement mal choisi, au lendemain de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

La machine se met en marche. L’indignation des téléspectateurs prend une nouvelle dimension lorsque le compte Twitter du Conseil supérieur de l’audiovisuel poste un message, considéré par certains comme une incitation à réagir à cette séquence polémique. Et résultat, les signalements pleuvent : 24 heures après la diffusion de ce canular, ce sont plus de 8.600 téléspectateurs qui se s’étaient déjà manifestées.

Face à cette déferlante, Cyril Hanouna a tenu à réagir. Dès vendredi soir, dans Touche pas à mon poste, il a rappelé les fondamentaux de son émission.

Mais cette réponse n’a pas enrayé la déferlante.

Bien au contraire. Hier soir, le CSA dénombrait près de 20.000 signalements. C’est un record absolu. Jamais le régulateur n’a reçu autant de plaintes de téléspectateurs.

À titre de comparaison, imaginez que TPMP avait déclenché 6.400 signalements, tous sujets confondus, sur toute l’année 2016. Depuis vendredi, sur une seule séquence, c’est déjà le triple.

Un épisode qui n'arrange pas vraiment les affaires de Cyril Hanouna, qui est dans le collimateur du CSA depuis plusieurs mois. Pour mémoire, deux affaires sont toujours en cours d’instruction par un rapporteur indépendant et pourraient aboutir sur des sanctions financières contre C8 ou même au retrait de l’émission.

Hier le Journal du dimanche annonçait que Cyril Hanouna avait l'intention de contre-attaquer et évoquait l'hypothèse d'un dépôt de plainte "contre le CSA", à qui il reprocherait d’organiser la protestation. Il n’en sera rien : selon nos informations, Cyril Hanouna a décidé de faire machine arrière. Il ne déposera plainte, ni contre le CSA, ni contre l’une de ses conseillères, qui était sortie de sa réserve vendredi en relayant un appel à signaler la séquence.

Aujourd’hui, l’animateur veut plutôt jouer la carte de l’apaisement et de la discussion. Reste à savoir s’il n’est pas trop tard.