Finale de la Ligue des Champions : D8 a réalisé un record d'audience historique

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Pour la première fois, une chaîne de la TNT a remporté la bataille des audiences dépassant même les chaînes historiques grâce à la diffusion de la finale de Ligue des Champions.

Le fait média du jour, c’est D8 qui était la première chaîne de France samedi soir, devant TF1, devant France 3, devant M6. En diffusant la finale de la Ligue des Champions, D8 a rassemblé 4,2 millions téléspectateurs et a surtout réalisé une performance historique.

Une chaine de la TNT leader en prime-time, c’est une première dans l’histoire de la télévision.

D8 se souviendra très longtemps de cette folle soirée du 28 mai 2016, une date qui restera dans les annales de la télé.
Samedi, D8 a réalisé ce qu’on appelle un coup du chapeau en langage "footballistique" : un triple record. Non seulement, elle réalise sa meilleure audience historique, avec 4,232 millions téléspectateurs pour 21.1 % sur l’ensemble du public. Par la même occasion, elle inscrit donc un nouveau record pour la TNT et marque plus largement encore son leadership sur ses concurrentes directes. Mais surtout, et c’est là le plus essentiel : elle montre qu’en prime-time, elle peut surclasser les chaînes historiques.
Samedi, elle bat TF1 et les 15 ans du Grand concours des animateurs de 600.000 téléspectateurs, elle fait 1,5 million de mieux que France 3 et la série Cassandre. Bref, elle est seule, loin devant les autres. Une situation totalement inédite en prime-time.

Cette nuance du prime-time, elle est essentielle. Si on se plonge dans les archives, on s’aperçoit que ce n’est pas la première fois qu’une chaîne de la TNT est leader toutes chaînes confondues mais à un autre moment de la journée. Le précédent record de la TNT était détenu jusqu’à samedi soir par W9 qui diffusait le quart de finale de la coupe du monde de foot féminin, l’année dernière. C’était un match entre la France et l’Allemagne. C’était le 26 juin 2015. Le match avait réuni 4,124 millions de fans, pour 26.2 % du public. Un très joli score qui avait permis à W9 d’être la première chaîne de France, mais sur une autre tranche puisque le match était diffusé à partir de 22 heures, en seconde partie de soirée.

Ce record de D8 samedi soir, il était attendu. Cette finale 100% madrilène entre le Real et l’Atletico avait tout pour être un événement fédérateur. Une finale de Ligue de Champions, pour tout fan de foot qui se respecte, c’est un événement immanquable. D’autant que son issue n’a pas déçu les fans. Tous les ingrédients étaient réunis : un match haletant, des prolongations, et une séance de tirs au but au bout du suspense qui a permis à D8 de réaliser un pic d’audience à près de cinq millions de téléspectateurs. Des chiffres stratosphériques qui font dire à D8 que ce pari un peu fou est franchement réussi.

Est-ce que cela peut se répéter ?

Disons que c’est en tout cas l’ambition de D8 qui rêve d’intégrer le cercle des chaînes premium. La semaine dernière, Gérald Brice-Viret, directeur général des antennes du groupe Canal+ répondait au Figaro. Un entretien dans lequel il affirmait l’ambition de devenir un challenger crédible des chaînes historiques, plus installées, et d’atteindre les 8 à 10% de part d’audience. Pour y parvenir, il faudra donc réitérer la performance de samedi soir plus régulièrement encore.
Et notamment à d’autres moments de la journée, en access par exemple. Là, ça semble beaucoup plus compliqué car les habitudes sont ancrées. Les premières chaînes, TF1, France 2, France 3 ou M6 bénéficient des réflexes automatiques des téléspectateurs.
Décrocher le leadership, toute chaine confondue, reste donc une mission quasi-impossible hors événements exceptionnels.

Parmi ces événements exceptionnels, la solution, ça semble être le sport.

Sauf le spectacle annuels des Enfoirés sur TF1, quelques films inédits ou quelques séries "blockbusters", le sport est le plus grand vecteur d’audience. Pour la TNT, c’est donc une forme de planche de salut pour tailler des croupières à la concurrence et pour réaliser des performances d’audience aussi marquantes.
C’est ce constat qui a d’ailleurs décidé la direction de D8, adossé à la force de frappe du groupe Canal+, à casser sa tirelire pour acquérir les droits de diffusion de la finale de la Ligue des Champions jusqu’en 2018 pour près de 10 millions d’euros.
C’est cette logique aussi qui conduit le groupe TF1 à programmer sur TMC un match de l’Euro 2016, en prime-time, ce sera à la fin du mois de juin.

Un investissement en terme d’image. Puisque, si le sport est une valeur refuge en termes d’audience, ça n’est jamais rentable en terme de gros sous. Bien sûr, D8 a rempli ses caisses en facturant ses spots publicitaires entre 43.000 et 93.000 euros samedi soir. Mais on est loin, très loin des 3,3 millions déboursés pour pouvoir diffuser ce match.

Pour D8, quand on aime, on ne compte pas…