Emmanuel Macron, les coulisses d'une victoire : journalisme ou propagande ?

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Le documentaire de TF1, Emmanuel Macron, les coulisse d'une victoire, qui a été diffusé lundi soir a partagé les téléspectateurs.

Ce matin, on revient sur le documentaire événement diffusé hier soir par TF1… Un film sur les coulisses de la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle. Revenons sur ce que les téléspectateurs de TF1 ont pu voir hier soir.

Ils ont peut-être été un peu déstabilisés, ils s’attendaient à voir un épisode de Camping Paradis. À la place, ils ont eu droit à Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire, un film programmé en urgence par TF1, dès l’annonce des résultats dimanche soir. Il était signé du réalisateur Yann L'Hénoret, qui a eu du flair, qui a eu la bonne idée de suivre Emmanuel Macron depuis le mois de septembre. Huit mois de tournage, au plus près du candidat devenu président, 150 heures de rushs pour un résultat final d’une heure et demi.

Principale force de ce documentaire, c'est sa forme : pas "un seul" commentaire, mais une suite de séquences brutes, qui relatait le parcours d’Emmanuel Macron de l’annonce de sa candidature à son élection à l’Élysée, des briefings, des réunions, des conversations avec sa garde rapprochée et quelques moments plus intimes. L’envers du décor d’une campagne inédite.

On avait parfois l’impression d’être devant une série entre Baron noir, Les hommes de l’ombre et House of cards. Un film où chacun tenait son rôle à la perfection : le conseiller en communication, l'attachée de presse, le poids lourd politique qui effectue son ralliement, la femme amoureuse, qui embrasse, qui encourage et qui veille.

On était littéralement "embarqué" au côté du candidat pour assister à son irrésistible ascension vers le pouvoir. Ça rappelait par moment Les yeux dans les bleus, ce documentaire qui suivait le parcours victorieux de l’équipe de France lors de la Coupe du monde 1998. Hier soir, c’était plutôt "Les yeux dans Macron".


Et ce film, il soulève tout de même quelques questions.

Oui, car on y voit un candidat en titane : jamais déstabilisé. Même les "trous d'air" de la campagne d'Emmanuel Macron, il y en a eu quelques-uns, apparaissaient comme des moments de vérité où le futur président donnait la pleine mesure de sa sérénité, de son sang-froid. Premier exemple, lors de sa visite au Salon de l'agriculture. Visite mouvementée : il vient de recevoir un œuf sur la tête. Son service de sécurité est sur les dents. Mais quelques minutes plus tard, Emmanuel Macron préfère rire de la situation en visionnant la séquence sur le portable d’un collaborateur.

Autre moment fort : "l'épisode Whirlpool". Emmanuel Macron sort d’une rencontre avec les syndicalistes quand il apprend que Marine Le Pen était, au même moment, avec les salariés de l’entreprise. Il recadre son équipe qui lui semble trop frileuse.

En toutes circonstances, même dans les moments sensibles, Emmanuel Macron conserve la maîtrise de ses nerfs, mais il semble surtout conserver la maîtrise de sa communication. Et c'est sans doute la limite de l'exercice. Dans ce film, le réalisateur semble parfois fasciné par son sujet. Il avait exigé deux choses : que le candidat porte un micro en permanence et que la production ait le "final cut", le dernier mot, que l’équipe d’Emmanuel Macron n’ait pas de droit de regard sur le montage du film. Paradoxalement, cette contrainte, elle a peut-être été un frein. Comme il avait la liberté de tout montrer, le réalisateur n’a peut-être pas tout montré, justement. On a parfois du mal à imaginer cette "campagne parfaite", sans couac. Un sentiment renforcé par l'absence de commentaires, et donc par l'absence de contrepoint.

Pour ceux qui auraient raté ce documentaire hier soir, qui ne feraient pas partie des 4,4 millions de téléspectateurs qui étaient devant TF1 et qui voudraient se faire un avis, Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire sera rediffusé ce soir, à partir de 20 heures, sur LCI.

Pour en parler, Justine Planchon, directrice des programmes et du développement chez Troisième Œil, productrice de ce documentaire sur Emmanuel Macron.