Cash investigation : bras de fer entre Élise Lucet et Christian Estrosi

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Alors que le magazine d'investigation d'Élise Lucet s'intéressait hier soir à l'Allianz Riviera, le stade de Nice, Christian Estrosi s'en est pris à la journaliste et à ses équipes.

L’info média qui fait la une ce matin, c'est la fronde de Christian Estrosi contre Cash Investigation. Hier soir, France 2 diffusait un nouveau numéro du magazine d’Elise Lucet qui mettait en cause le rôle du président de la région Provence Alpes Côte d’Azur dans la construction du stade de Nice.

Et ce reportage il a provoqué la colère de Christian Estrosi.

Revenons rapidement sur le fond. L’enquête d’Elise Lucet s’intitulait "Marchés publics : le grand dérapage". Elle s’intéressait à ce qu’on appelle les PPP, "les partenariats public privé". Une solution qui permet aux collectivités de mener des grands travaux, même lorsqu’elles n’ont pas les moyens de les financer.

Pour faire simple, une entreprise privée construit à ses frais un projet et se fait ensuite rembourser par la collectivité, sous la forme d’un "loyer" sur plusieurs dizaines d’années. Ca permet d’éviter de solliciter les banques et puis surtout, ça permet d’aller beaucoup plus vite.

A Nice, c’est ce système qui de partenariat avec le groupe de construction Vinci qui a été choisi pour bâtir l’Allianz Riviera inauguré en septembre 2013. Un calendrier opportuniste selon Cash Investigation, nous sommes alors à quelques mois des élections municipales…

D’autant que ce système a un coût beaucoup plus élevé que pour une construction plus classique, où la mairie emprunte auprès des banques. Il est donc beaucoup plus favorable pour Vinci que pour le contribuable.

Pour Cash Investigation, ce stade, il est trop grand, trop ambitieux et surtout il représente un gouffre financier dont le montage présenterait des irrégularités.

Une théorie que Christian Estrosi, maire de Nice à l’époque, et actuel président de la région Provence Alpes-Côte-d’Azur réfute catégoriquement.

Oui, enfin il les réfute aujourd’hui parce que pendant l’enquête de Cash Investigation, il ne souhaitait pas répondre aux sollicitations. C’est ce que montrait Elise Lucet hier soir. On connait les méthodes de la journaliste, cette façon d’interpeller ses interlocuteurs, de les poursuivre micro à la main pour obtenir des réponses. Une méthode qu’elle a appliqué à Christian Estrosi la semaine dernière, au débotté, en pleine rue, à la sortie d’une matinale à laquelle il participait.

Face à Elise Lucet, Christian Estrosi se déclare prêt à se rendre sur le plateau de Cash Investigation. C’est ce qui se passera. On a pu le voir à l’antenne, hier soir, dans un échange extrêmement tendu avec la journaliste qu’il accuse de partialité.

Un échange très tendu mais Christian Estrosi n’en n’est pas resté là.

Oui, il était évidemment devant sa télévision, hier soir. Mais il était aussi devant son ordinateur et sur les réseaux sociaux, il a commenté en direct les affirmations de ce reportage qui le met en cause. Il l’a live-tweeté, il a commenté assidument le reportage d’Elise Lucet. Pas vraiment pour lui adresser ses louanges, mais plutôt pour dénoncer, point par point, ses inexactitudes. Pas moins d’une quarantaine de messages pour rétablir la vérité, sa vérité, sur ce partenariat qui aurait fait l’objet d’une forme de favoritisme.

Lundi, il a aussi adressé un courrier au président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Il y répond point par point aux accusations de Cash Investigation et dénonce surtout le manque d’objectivité des équipes d’Elise Lucet.

Il a aussi fait concevoir un site internet spécialement dédié qui présente "toute la vérité sur le stade de Nice" et démonte pièce par pièce l’argumentation de l’enquête.

De son côté, la rédaction de l’émission a publié des courriers de Christian Estrosi, pour répondre sur la forme à l’ancien maire de Nice. Sur le fond, Cash Investigation lui a déjà répondu hier.