Audiences télé du mois de mai : BFM TV et LCI en grande forme, TF1 et France 2 reprennent des couleurs

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Médiamétrie a publié ses chiffres concernant les audiences télé du mois de mai marqué notamment par l'élection présidentielle.

On s’intéresse aux résultats d’audience publiés hier par Médiamétrie pour le mois de mai. Une vague de résultats marquée par une très forte actualité politique.

Avec le débat de l’entre-deux-tours, la soirée électorale, la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron ou encore la nomination du gouvernement. Résultat immédiat : toutes les chaînes qui ont traité ces événements ont pu capitaliser et doper leurs audiences.

Les premières concernées, ce sont les chaînes info. Dans le détail, c’est d’abord vrai pour BFM TV, qui réalise la deuxième meilleure audience de son histoire à 3,4 %. Un score qui lui permet d’être à égalité parfaite avec C8.

Constat identique pour LCI qui signe son record historique avec 0,8 % d’audience. La chaîne info du groupe TF1 en profite pour griller la politesse à CNews qui stagne à 0,7%. Le cas de LCI est saisissant puisqu’en seulement un an, elle multiplie son audience par quatre. C’est du jamais vu ! Même s’il y a un effet trompe-l’œil sur ce résultat : l’an dernier, à la même époque, LCI venait tout juste d’arriver dans l’univers des chaînes gratuites.

D’autres chaînes profitent de cet "effet présidentielle".

Dans une moindre mesure, les excellents scores de Quotidien permettent à TMC de combler son retard sur C8 et même de dépasser la chaîne TNT du groupe Canal pour la 2e fois, cette saison. TMC est la 6e chaîne la plus regardée de France à 3.5 % de part d’audience.

Constat similaire pour France 5 : C dans l’air et C à vous permettent à la chaîne de la connaissance de rester à un très bon niveau, à 3,6% de part d’audience, avec une régularité de métronome sur l’ensemble de la saison.

Et puis enfin on notera un record, qui a priori n’a pas grand-chose à voir avec l’actualité politique, encore que, c’est peut-être justement une forme de réaction. Ce record, c’est L’Équipe qui l’enregistre qui atteint 1,7 % grâce notamment à la diffusion des étapes du Tour d’Italie.

Pendant ce temps-là, les chaînes historiques connaissent des destinées bien différentes.

Il y a celles qui maintiennent la tête hors de l’eau, c’est le cas des deux chaînes les plus regardées de France : TF1 et France 2.

La Une qui s’est appuyée, au mois de mai, sur deux programmes très forts tels que Koh Lanta et The Voice pour asseoir son leadership et repasser au-dessus de la barre symbolique des 20 %, avec 20,2 % du public.

De son côté, France 2 entrevoit le bout du tunnel. Dans une saison pour le moins chaotique, marquée par un mois de mars au plus bas, le navire amiral de France Télévisions se ressaisit avec 13,1 % de part d’audience, son meilleur score depuis septembre. Alors, on ne débouche pas encore le champagne, France 2 perd du terrain si on compare ce score à celui de l’année dernière. Mais elle parvient à inverser la tendance et à progresser par rapport au mois dernier. Grâce à plusieurs facteurs. D’abord, les bons résultats de la série Candice Renoir, puis les succès d’audiences de certains événements. On peut citer la finale de la Coupe de France le week-end dernier, ou encore L’Eurovision. Une tendance qui pourrait se confirmer avec l’arrivée du tournoi de Roland-Garros sur ses grilles depuis ce week-end.

En revanche, à l’opposé, deux historiques ne parviennent pas à éviter la crise. Il s’agit de M6 et de France 3. Avec seulement 9% de part d’audience, M6 perd un point en un an : c’est le plus gros gadin de cette vague de résultats. M6 qui doit attendre avec impatience le lancement de son "hit estival", L’amour est dans le pré qui devrait arriver à l’antenne mi-juin.

Enfin, le plus gros sujet d’inquiétude, il concerne France 3. La chaîne des régions de France Télé atteint péniblement les 8,2 % de part d’audience au mois de mai. C’est un demi-point de moins que l’an dernier, c’est 0.7 point de moins qu’au mois d’avril. Et surtout, c’est désormais le plus gros chantier qui attend la direction de France Télévisions.