A la poursuite de fugitifs : l'incroyable concept de la future émission de Shine France

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Shine France prépare une nouvelle émission avec un concept très original. 14 personnes se lanceront le défi de vivre en cavale sous l’œil des caméras avec à leur trousse une équipe de détectives professionnels.

Le fait média du jour, c’est ce programme de télé-réalité développé par Shine, la société qui produit notamment The Voice. Un programme qui devrait arriver en France l’année prochaine, où les candidats doivent échapper à une chasse à l’homme organisée contre eux.

Dans le détail, quel est le concept de ce nouveau format lancé en Grande-Bretagne il y a quelques semaines ?

C’est en septembre que Hunted a été diffusée pour la première fois sur la chaîne anglaise Channel 4. Hunted, en anglais, ça signifie "chassé, traqué".

Le concept est extrêmement simple : une équipe d’enquêteurs, des as de l’investigation, doivent mettre la main sur des candidats "en cavale", lâchés dans la nature. Quand ont dit "dans la nature", c’est une façon de parler, puisque le cadre de cette véritable chasse à l’homme est le milieu urbain.

Ce n’est pas vraiment Koh-Lanta sur une île paradisiaque, Non ! Dans Hunted, on est sur la route, on dans des zones industrielles, dans des ruelles sombres. Le but pour ces 14 candidats, c’est de fuir, de se cacher, de survivre en laissant un minimum de traces derrière eux. Pendant 28 jours, ils doivent tout bonnement disparaître de la circulation et surtout disparaître des radars des experts du renseignement qui sont à leurs trousses et qui disposent surtout de tous les moyens modernes de traque : la géolocalisation des téléphones portables, les relevés de cartes bleues, l’empreinte numérique aussi, ces informations personnelles qu’on laisse sur internet, sur les réseaux sociaux qui permettent de nous identifier.

Ça semble évident, le dernier candidat à échapper à cette traque est désigné vainqueur de ce jeu de cette course-poursuite à grande échelle.

Une partie de cache-cache géante un peu angoissante tout de même.

L’ambiance qui se dégage de ce programme reprend les codes de la fiction, assez proches de l’univers visuel d’une série comme 24 heures chrono, par exemple. Caméras à l’épaule, pour suivre au plus près les candidats, des images issues de caméras de surveillance… Une ambiance oppressante accentuée par une musique anxiogène.

L’écriture de ce nouveau format est innovante, elle avait déjà fait beaucoup de bruit lors du dernier MipCom, le marché des contenus audiovisuels organisé à Cannes, au mois de septembre. Hunted faisait partie des programmes les plus commentés à l’époque.

Force est de constater qu’il a plutôt bien fonctionné en termes d’audiences. En Grande-Bretagne, les six épisodes de Hunted, diffusés sur Channel 4, ont rassemblé en moyenne un million et demi de téléspectateurs avec de bons résultats sur la cible des responsables des achats : la fameuse ménagère de moins de 50 ans.

Suffisant en tout cas pour convaincre d’autres pays de miser sur cette adaptation. Aux États-Unis, la chaîne CBS a confirmé qu’elle avait commandé une première saison du format. Une version espagnole est aussi en préparation.

Selon nos informations, en France, la société de production Shine, qui détient les droits de Hunted travaille activement à son développement. En revanche, pas encore d’information sur la chaîne qui pourrait le diffuser.

Ce n’est pas le premier programme à jouer sur des registres anxiogènes.

C’est vrai qu’Hunted joue sur une angoisse très actuelle : en sous-texte, c’est la crainte du terrorisme, de l’acte isolé, et donc de l’homme à abattre. Le générique de l’émission, qu’on peut trouver très facilement sur Internet, surfe allégrement sur ce thème.

Dans un autre genre, mais tout aussi angoissant, on se souvient d’un programme australien qui envoyait très récemment ces candidats sur une zone de guerre en l’occurrence, en Syrie. L’équipe de l’émission avait d’ailleurs essuyé des tirs durant le tournage.

On se souvient aussi de ce format suédois, nous vous en avions parlé dans le Grand Direct, où des migrants s’affrontent pour décrocher un emploi et pour gagner le droit de rester en Suède. Là encore, un thème en phase avec l’actualité.

Depuis plusieurs mois, on assiste à un virage dans la production audiovisuelle. Jusqu’à maintenant, on était plus habitués à voir des compétitions où les candidats s’affrontaient dans des cadres idylliques pour trouver l’amour, ou pour vaincre une phobie.

Aujourd’hui, la télé-réalité prend un tour nouveau : elle se sert de nos angoisses ou de sujets qui font la une de l’actualité pour faire de l’audience.