Primaire socialiste : le grand écart des projets

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient de nouveau ce mercredi sur la primaire de la gauche et notamment sur les différents programmes des candidats

Ce matin en Une de vos journaux on fait tout pour vous intéresser à la primaire de gauche :
20 Minutes : demandez le programme.
Libération : pouvoir d’achat, travail, santé : c’est quoi ta gauche ?
L’Humanité : primaire socialiste, le grand écart des projets.
Et l’Opinion qui se demande où est passé le réformateur : Valls ne fait plus du Valls.

Mais pas sûr que tout cela suffise :
Le Canard Enchaîné s’en amuse : Le PS vient de faire voter une loi pour prohiber la fessée : Mais rien pour interdire la déculottée ? Mais ce qu’il faut lire dans le Canard, c’est surtout l’article sur l’énorme facture d’Autolib qui sera payée, non pas par Vincent Bolloré mais par les contribuables.

Pendant ce temps, le Figaro et les Échos parlent immobilier.

Charlie Hebdo

Le numéro de Charlie Hebdo cette semaine nous rappelle qu’il y a deux ans un massacre marquait l’entrée de la France dans une nouvelle ère. "Le 7 janvier n’est pas un attentat comme les autres, écrit Riss. C’est un crime politique qui avait pour objectif de supprimer des idées et ceux qui les proclamaient. Ce jour-là, les victimes furent tuées en raison de leurs opinions politiques, de leurs écrits politiques, de leurs dessins politiques". Suit un long article de Fabrice Nicolino sur cette gauche qui s’est toujours couchée devant les despotes. Cette gauche qui applaudissait Staline et Mao, cette gauche trotskiste qui refusait de choisir entre l’Allemagne nazie et les démocraties de l’ouest. Cette gauche dont les héritiers préfèrent accuser Charlie Hebdo de racisme plutôt que d’affronter la complexité. Il les nomme un par un, Edwy Plenel, Alain Badiou, Frederic Lordon, Aude Lancelin, tous ceux qui, dès les lendemains de l’attentat, ont relativisé ou brandi l’islamophobie. "Merde et honte sur vous qui blablatez et serez les premiers à fuir quand tout cela tournera mal, conclut-il. L’évidence est que nous ne sommes pas du même monde. Nous du côté de la liberté avec ses faiblesses et ses ridicules. Vous, toujours près des maîtres et des tribunaux de l’esprit, toujours proches du knout". Alors, un peu de mémoire.

Plafond de verre de l’humanité.

Le Monde pose la question à sa Une : l’espèce humaine a-t-elle atteint ses limites ? On ne parle pas de sa capacité à sombrer dans la barbarie, mais de ses limites physiques. En termes d’espérance de vie, de taille, de performance sportive, il semblerait que nous ayons atteint un plafond. Même la baisse du QI est engagée. D’ailleurs, c’est en France que la perte de points de QI est la plus énorme. La faute au système éducatif, disent les uns, à la société qui propose de moins en moins d’emplois intellectuels et de plus en plus de jobs basiques dans le secteur tertiaire. "Vous ajoutez à cela des adolescents qui, plutôt que lire, préfèrent tuer des martiens sur internet, et vous avez la réponse". D’autres encore remarquent que les gens les plus éduqués sont ceux qui font le moins d’enfants. Et puis, il y a ce qu’on commence à peine à entrevoir, les conséquences des polluants chimiques, des pesticides, des perturbateurs endocriniens…

Antibiotiques

Là aussi, les conséquences se verront bientôt. Le Figaro consacre une page à la surconsommation d’antibiotiques dans les élevages chinois. Les eaux usées des fermes se déversent directement dans les lacs et les fleuves. Des traces d’antibiotiques ont été détectées dans les urines de près de 60 % des enfants. Résultat, on observe de plus en plus de bactéries résistantes. Si rien n’est fait, prédit une étude britannique, 10 millions de personnes par an mourront d’infection en 2050. De quoi faire baisser le plafond de verre de l’espérance de vie humaine.

Libre-échange

C’est un entretien dans Libération avec Cécilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce. Un entretien qui nous révèle tous les biais idéologiques qui nourrissent la politique européenne en matière de libre-échange. On y assimile protectionnisme et guerre commerciale, en oubliant que la baisse généralisée des droits de douane implique actuellement une guerre commerciale farouche de la part de la Chine et des États-Unis. On y explique que le commerce ne détruit pas beaucoup d’emploi, qu’il y a, certes, des perdants, mais aussi beaucoup de gagnants en ne précisant pas que les perdants sont toujours les mêmes. Libération nous parle un peu plus loin des programmes des candidats PS et oublie totalement la question européenne : les électeurs ont quelques raisons de s’inquiéter.

 

Aujourd’hui en France nous présente Angelo, 27 ans, qui a décidé de s’inscrire à un jeu dont le scénario a germé dans la tête d’un milliardaire Russe. Le but : survivre neuf mois en Sibérie. Des températures de – 40 et la chasse aux ours pour se nourrir. Le tout sous l’œil de 2000 caméras installées dans la forêt Sibérienne. Mais si vous cherchez d’autres activités humaines effarantes, il y a cette étude citée dans la rubrique improblablologie des pages sciences et médecine du Monde. Un scientifique s’est interrogé sur cette activité étrange : le pliage de PQ dans les hôtels. Vous savez, ce petit origami sur le rouleau des toilettes que vous ne remarquez même plus, mais qui vous montre que le ménage a été fait. Il a calculé que dans le monde, a raison de 5,73 secondes de pliage, on consacre 10 millions d’heures à plier du papier toilette, soit l’équivalent de plus de 5.000 emplois à temps plein. En effet, une humanité qui peut jouer à survivre dans un désert glacé ou plier du PQ frénétiquement a atteint ses limites.