Peut-on sauver nos usines ?

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce mercredi sur le "sauvetage" de l'usine Alstom de Belfort par le gouvernement et la SNCF.

Ce matin en Une de vos journaux des rames de TGV partout :
Les Échos : Alstom : Le bricolage de l’État suscite un tollé.
Le Figaro : Électoralisme à très grande vitesse.
L’Humanité : Un sauvetage express, sans stratégie industrielle gouvernementale.
Libération : Peut-on sauver nos usines. Avec une étude montrant que la France cesse de perdre ses sites de production, après sept ans d’effondrement. Ça reprend, mais au rythme actuel, il faudrait 21 ans pour remplacer les 605 usines perdues depuis 2009. Alors, pour Alstom, le Canard résume : Il commande 15 rames de TGV pour rouler à petite vitesse : François Hollande, chef de gag.

Filières de corruption

Vous êtes-vous déjà demandés d’où venaient les produits de votre salle de bain ? On utilise le talc dans la fabrication de cosmétiques mais aussi de papier, de céramique ou de peinture. Le Monde nous raconte comment le recentrage de la Chine sur son marché intérieur a obligé les entreprises à trouver de nouveaux fournisseurs. En particulier, l’Afghanistan. Un producteur italien s’est allié à un conglomérat pakistanais pour obtenir l’autorisation d’extraire 100.000 tonnes. Plus d’un million de tonnes sont sorties ces derniers mois à coups de pots-de-vin et de corruption des fonctionnaires locaux et cet argent va directement dans les poches des talibans. La surconsommation mondiale nourrit la demande et nous tous, consommateurs, contribuons en toute bonne conscience à déstabiliser le pays.

États-Unis et Turquie

Il y a quelques détails qui permettent de mesurer le degré de stabilité d’un pays. Le Canard Enchaîné nous apprend que les États-Unis viennent, en toute discrétion, de déplacer vers l’Italie une cinquantaine de bombes thermonucléaires B61 jusqu’alors stockées en Turquie. Une puissance de destruction plutôt modeste, ironise le palmipède, de cinq à six fois Hiroshima. Mais cet été, le Président Erdogan a laissé des manifestants s’approcher à plusieurs reprises de la base américaine d’Incirlik pour réclamer le départ des militaires américains. Parce que c’est de là qu’ils vont bombarder les positions de Daech. Alors, tout va bien avec Erdogan, vous savez, l’islamiste modéré, mais bon, l’arsenal nucléaire sera mieux en Italie ou en Belgique.

Bombe à retardement

C’est un autre type de bombe en Une de l’Express. Le Centre National de Référence vient d’identifier dans trois régions différentes trois malades porteurs d’une super bactérie que le gène mutant MCR-1 rend résistante à la colistine, l’antibiotique de la dernière chance. Les bactéries résistantes, ce sont 12.500 morts par an en France, quatre fois plus que les accidents de la route. À force d’utiliser des antibiotiques, 8 à 10% des gens sont colonisés par des germes résistants qui ressurgiront lors d’une opération, une chimiothérapie, une infection urinaire. Plus grave, la surconsommation d’antibiotiques par les élevages. Les molécules se retrouvent ensuite dans l’eau. Rassurons-nous, c’est pire en Chine ou en Inde. On peut attendre que la recherche trouve la solution ou bien on peut agir en limitant la consommation d’antibiotiques.

Emmanuel Macron

L’Opinion nous raconte par le menu le meeting d’hier. Responsabilité, mobilité, société civile, transparence. Un journaliste luxembourgeois s’enthousiasme : "C’est génial, il y a des claques partout et pour tout le monde". Mais en termes de réflexion politique, peut-être vaut-il mieux ouvrir La Décroissance qui s’interroge : Devenons-nous des fauves ? Ludivine Bénard se lance dans une critique du concept de société liquide, très à la mode chez les libéraux et tous ceux qui font l’éloge de la mobilité. Les institutions stables sont remplacées par le contrat privé, le marché et l’individu de droit. Conséquence : les gens se dépolitisent, se privatisent. A l’augmentation des comportements procéduriers des uns répond la hausse des attitudes provocatrices des autres : la nouvelle guerre de tous contre tous est advenue. Heureusement, Emmanuel Macron rétablira la confiance.


Quel jour sommes-nous ? 14 Vendémiaire en 225. Nous sommes un quartidi, 4ème jour d’une des trois décades du mois. Et le nom du jour est réséda. Dans La Croix, Laurence Cossé ressuscite le calendrier républicain mis en place le 5 octobre 1793. Les noms des jours étaient ceux de plantes, d’animaux ou d’outils agricoles, "des réalités utiles". Évidemment pas la tasse de thé de La Croix, horrifiée qu’on ait voulu nettoyer le calendrier de son empreinte chrétienne. Mais aujourd’hui, le réséda, la chicorée, c’est aussi abstrait que St Augustin. On essaye St Hanouna, St Macron ?