Les obsèques de Shimon Peres : un enjeu de campagne

  • A
  • A
L'édito politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors que le décès de Shimon Peres a ému les Français, les candidats à la présidentielle veulent montrer leur lien avec le Grand homme.

La politique, quand la grande Histoire est rattrapée par des enjeux politiques, plus terre à terre. Les obsèques de Shimon Pérès, François Hollande ira, Nicolas Sarkozy aussi  mais pas Alain Juppé. Chacun veut montrer qu’il était proche du Grand homme.

"Shimon Pérès son ami". À chaque fois qu’il allait en Israël ils se voyaient. Que Nicolas Sarkozy se rende à ses obsèques ? C'est une évidence, précise son entourage. Shimon Pérès était son ami aussi mais Alain Juppé ne sera pas aux obsèques. Lui, à l’inverse de Nicolas Sarkozy, n’a pas été invité par l’État d’Israël, mais il écrira une lettre personnelle à la famille. Shimon Pérès était son ami, Anne Hidalgo en déplacement à Beyrouth va essayer rejoindre la délégation Française. Ils se voyaient souvent avaient des amis communs. Chacun veut sa part de la mémoire du grand homme, chacun veut sa petite part d’héritage en espérant élargir un peu sa stature. Même l’Élysée n’échappe pas à cette tentative de captation. 16h30 hier, un mail envoyé par la cellule diplomatique à toutes les rédactions rappelle photos à l’appui que Shimon Péres avait été reçu trois fois à l’Élysée depuis le début du quinquennat parce que Shimon Pérès était aussi son ami à François Hollande.

On voit que la récupération politique, c’est de ça dont il s’agit, n’effraye personne. Mais qui décide qui peut y aller ou non, comment ça s’organise ?

L’Élysée décide qui fait partie de la délégation, sachant que le nombre de places est très réduit à une douzaine de personnes  et pas d’avantage. Parmi eux, il y aura Nicolas Sarkozy invité par l’État d’Israël en tant qu’ancien président. Et c’est par "courtoisie républicaine" dit-on à l’Élysée que le président Hollande a proposé à son rival de le convoyer en Israël, Nicolas Sarkozy a accepté. C’est la même situation que lors des obsèques de Nelson Mandela à un détail près : François Hollande et Nicolas Sarkozy vont voyager dans le même avion. Et ce n’est pas un Airbus mais un petit Falcon 7x. Dans le même avion, quand on connaît, outre leur rivalité, la façon dont et l’un et l’autre se qualifient en privé, c’est assez piquant. Quatre heures de vol aller quatre heures retour mais les obsèques de Shimon Péres valait bien une trêve dans la campagne.