Tour de France : Christopher Froome est-il vraiment sans rival ?

  • A
  • A
Humeurs du tour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Avant d'entamer la dernière semaine du Tour dans les Alpes, Eric Fottorino revient sur la maîtrise du maillot jaune Christopher Froome, "pas hyper-dominateur".

Les Alpes valent-elles la peine d'être grimpées ? Après deux semaines de Tour, le coureur britannique de la Sky et maillot jaune Christopher Froome a déjà un pied sur la plus haute marche du podium des Champs-Elysées. En reléguant son dauphin Bauke Mollema (Trek-Segafredo) à 1'47" et le troisième au classement général Adam Yates à 2'45", Chris Froome a déjà pris une avance considérable au classement général avant d'entamer une semaine (décisive ?) dans les Alpes. Eric Fottorino, consultant à France Télévisions et chroniqueur sur Europe 1 pendant les trois semaines de l'épreuve revient sur la maîtrise de Froome, pourtant "moins dominateur qu'en 2015 ou 2013".

"Ce n'est plus Christopher 'Vroom' Froome".  "Christopher Froome maîtrise son sujet et le maillot jaune est bien accroché à ses épaules. Il a pris un ascendant psychologique en portant le maillot mais si l'on regarde de plus près, ce n'est plus celui que l'on appelait Christopher "Vroom" Froome. Celui qui était si dominateur en 2013 dans le Ventoux ou en 2015 à la Pierre Saint-Martin, qu'il avait tellement écrasé le Tour qu'on avait des doutes sur ses performances jusqu'à se demander s'il n'y avait pas un moteur dans son vélo" a-t-il expliqué dans la matinale d'Europe 1. "Lors de la 8e étape il a gagné dans une descente, lors de la 11e étape il a terminé dans l'échappée des vainqueurs donc on ne voit pas le Froome hyper-dominateur, même s'il est vrai que derrière, il n'y a plus beaucoup de concurrence" a-t-il détaillé.

"Quintana ? Le héros est fatigué". Alors qu'Eric Fottorino avait exhorté Nairo Quintana, principal concurrent de Froome pour la victoire finale, à "attaquer en héros", il a reconnu que "le héros est fatigué, il reste dans les roues de Froome mais n'arrive pas à attaquer". Côté français, avec l'abandon de Thibault Pinot avant la 13e étape vendredi, seule une victoire d'étape reste envisageable avec "Romain Bardet, Alexis Vuillermoz, Julian Alaphilippe", "on attends cette semaine alpestre pour que l'un d'entre eux franchisse la ligne blanche en vainqueur".