Les fabricants de tabac chutent à Wall Street : les autorités sanitaires veulent réduire la teneur en nicotine des cigarettes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de Tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Chute des fabricants de cigarettes en Bourse. Les autorités sanitaires américaines pourraient drastiquement réduire la teneur en nicotine.

Vendredi, British Américan Tobacco, qui possède Camel, Dunhill et Lucky Strike, a chuté de 4% en Bourse.
Même situation pour Imperial Brands, qui possède Gauloise, Peter Stuyvesant et Davidoff, l’entreprise a enregistré une baisse de 6% car les autorités sanitaires américaines ont publiquement mis en avant une étude qui montre les effets très bénéfique d’une réduction du taux de nicotine de 96% pour la santé.
Si la mesure était prise en 2020, 33 millions d'Américains ne commenceraient pas à fumer.
Ces autorités sanitaires, qui sont très puissantes aux États-Unis, pourraient donc imposer cette restriction. C'est tout le pouvoir addictif des cigarettes qui pourrait disparaitre.
C'est une guerre totale contre le tabac, avec des interdictions, des normes de plus en plus contraignantes et des prix de plus en plus dissuasifs.
Le pompom en la matière c'est l'Australie qui vise le prix de 27 euros le paquet pour 2020.
En France, il y aura aussi une nouvelle augmentation en mars prochain. L’objectif annoncé est de 10 euros le paquet d’ici 2020.

Depuis les années 80, le prix du paquet de cigarette a été multiplié par 20.
Imaginons, par exemple que l'essence ait suivi le même parcours tarifaire, un litre d'essence coûterait 10 euros pour un plein d'essence à 600 euros.
Autre exemple, une plaquette de beure coûterait près de 20 euros.

Mais au final, ça fonctionne ! La consommation de tabac recule.

En un an, le nombre de fumeurs en France a baissé d'un million.
On est encore à 27% de fumeurs en France mais, dans les années 50, 70% des hommes étaient des fumeurs.
Ça recule notamment chez les jeunes.