Sénégal : une menace djihadiste imminente

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Autour du monde est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Les observateurs convergent sur l'évaluation du risque d'attentat au Sénégal ainsi que sur le pouvoir d'attraction de Daech.

La semaine dernière, Manuel Valls a parlé en Afrique de la lutte contre le terrorisme au Mali et Burkina Faso. Les attentats dans ces pays ont mis le Sénégal en alerte. Pour l'instant épargné, le pays sait que la donne est en train de changer.

Absolument, le Sénégal est clairement dans la cible des groupes terroristes. C'est LE pays stable de la région, que l'on cite comme modèle démocratique car il y a une véritable alternance démocratique, un allié stratégique capital, etc. Il y a au Sénégal beaucoup d'expatriés (20.000 Français par exemple) et l'ambassadeur de France au Sénégal a ouvert son discours de vœux cette année, par l'évocation de cette menace, en appelant les Français à la prudence. Le Sénégal est en alerte et sa coopération avec les services de renseignement occidentaux est en train de monter en puissance.

Sait-on s'il y a des cellules djihadistes sur le sol sénégalais ?

Il n'y a pas eu à proprement parler de cellule terroriste démantelée sur le sol sénégalais, en revanche la police sénégalaise a mené plusieurs opérations dans les milieux fondamentalistes. L'année dernière,  trois imams salafistes ont été arrêtés, soupçonnés d'être proches des milieux djihadistes. Les policiers ont trouvé chez eux beaucoup d'argent en liquide. Ce genre d'opération n'est tout de même pas monnaie courante au Sénégal, pays certes musulman mais où le courant soufiste est majoritaire. Présenté comme modéré, c'est un courant honni par les djihadistes. Il y a eu ces arrestations, des mosquées qui ont été fermé dans la foulée. Surtout plus inquiétant, des combattants de nationalité sénégalaise rejoignent l'EI.

A-t-on une idée de leur nombre ?

On en recense un peu plus de 30, entre l'Irak, la Syrie, mais surtout en Lybie dans la ville de Syrte, LE bastion djihadiste dans ce pays. Cela peut paraître peu, mais ils sont capables d'influencer beaucoup d'autres Sénégalais : ils ont un vrai potentiel de recrutement, bien plus que d'autres nationalités. Il est intéressant de remarquer que ces djihadistes sénégalais sont en pleine campagne de communication, alors que d'autres nationalités (Français ou Tunisiens) vont être dans la dynamique inverse. Ils donnent des interviews à la presse sénégalaise, précisant leur quotidien. Mais ce qui est frappant c'est que chaque fois ou presque ils appellent leurs concitoyens à les rejoindre et désignent le Sénégal comme une cible légitime.

Les autorités sénégalaises semblent discrètes. Comment réagit L’État sénégalais ?

Les populations sur place vous diront qu'il y a quand même plus de contrôles, une présence des forces de L’État plus visible. Le pouvoir sénégalais tente tout de même de rester discret. Assez récemment, le président du Sénégal s'est agacé, estimant que son pays n'est pas plus exposé qu'un autre et que le risque n'est pas imminent. C'est un discours destiné à rassurer voire à minimiser le risque. Il faut savoir qu'il y a beaucoup d'investisseurs au Sénégal. Pourtant, les spécialistes qui travaillent sur les questions sécuritaires en Afrique de l'Ouest sont bien plus alarmants.

Chronique réalisée par Gwendoline de Bono