19 janvier 1919, Jules Védrines pose son avion sur le toit des Galeries Lafayette

  • A
  • A
Aujourd'hui dans l'histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 19 janvier 1919,


C’est un dimanche. Ce jour-là, les Parisiens entendent le vrombissement d’un moteur. On tourne la tête à droite, à gauche, rien. C’était en haut, vers le ciel, qu’il fallait regarder : un avion survole la capitale ! Il se dirige vers les Galeries Lafayette et soudain, grâce à une habile manœuvre, se pose sur le toit du grand magasin – sur une terrasse qui ne mesure pas plus de 28 mètres sur 12 !


Mais c’est une manœuvre d’urgence ? C’est involontaire ?


Pas du tout ! C’était mûrement réfléchi. Même si une telle manœuvre, vous l’imaginez bien, est des plus périlleuse. Le pilote s’appelle Jules Védrines ; il a relevé l’incroyable défi, aux commandes de son Caudron G3. Pour vous donner une idée de ce à quoi ressemble le coucou,  dites-vous que c’est un peu l’avion de Jean-Paul Belmondo dans L’as des as. La distance est donc courte pour un atterrissage en règle, mais Jules Védrines a tenté l’exploit – et l’a réussi, même s’il a quelque peu endommagé son appareil… Ce défi, ce sont les Galeries Lafayette qui l’avaient lancé aux aviateurs, en 1909. A l’époque, on en est aux balbutiements de l’aviation, et les pilotes s’essaient à des acrobaties invraisemblables pour tenter de repousser les limites de la toute nouvelle discipline.


Mais c’était légal, à l’époque, de poser un avion sur un toit en plein Paris ?


Non, d’ailleurs Jules Védrines sera verbalisé par la police. Non seulement pour le caractère dangereux de son atterrissage, mais aussi pour l’infraction de constitue ce survol de la capitale. En compensation, il empoche la récompense de 25.000 francs promise par le grand magasin. Toujours bon à prendre, même lorsqu’on œuvre essentiellement pour la postérité ! Aujourd’hui, une stèle rappelle l’exploit de Jules Védrines qui se tuera trois mois plus tard à bord de son avion, lors d’un voyage Paris-Rome mais ça, c’est une autre histoire…


L’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1. 


Nous tenterons d’élucider une nouvelle énigme royale : celle de la mort d’Henri IV.