19 février 1858, loi de sureté générale après attentat d’Orsini

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 19 février 1858,

Sous le règne de Napoléon III, le jour de la Loi de sureté générale. Une sorte d’état d’urgence, si vous voulez, ça ne nous dépayse pas, mais alors, en nettement plus répressif.

Est-ce qu’un attentat, déjà, était à l’origine de la loi ?

Tout à fait. Un attentat qui visait l’empereur. Un mois plus tôt, un nommé Felice Orsini, nationaliste italien, aidé de deux complices, a lancé plusieurs bombes vers le cortège des carrosses impériaux, juste à l’entrée de l’opéra qui, à l’époque, se trouvait rue Le Peletier, à Paris. Napoléon III et l’impératrice Eugénie sont indemnes ; leur voiture était renforcée. Mais tout autour, c’est un carnage : on a compté huit morts au milieu des chevaux éventrés.

Et l’on a arrêté les coupables ?

Ils ont d’abord réussi à s’enfuir, mais pas pour longtemps ; ils ont été jugés dans la foulée et Orsini est monté à l’échafaud, le 13 mars 1858, en dépit du souhait de l’impératrice de le gracier. Mais à cette occasion, le Second-Empire a pris conscience de sa fragilité. Le général Espinasse, ministre de l’Intérieur, va donc appliquer scrupuleusement, et même avec un peu de zèle, cette Loi de sureté générale du 19 février. Elle stipule que tout individu suspecté d’action contre le gouvernement est passible de prison. Et s’il a déjà fait l’objet d’une condamnation politique, il peut être arrêté et/ou déporté sans procès !

Et il y a eu beaucoup d’arrestations ?

Au moins 300 personnes, bien sûr sans aucun rapport avec l’attentat ! On connaît le système. Parallèlement, Napoléon III va se pencher sur le problème italien, source de ces attentats. Cette implication conduira à un accord entre la France et Victor-Emmanuel II, futur roi d’Italie. Mais ça c’est une autre histoire…

Et l’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1.

Nous célébrerons le centenaire du déclenchement de la bataille de Verdun.