VTC : un syndicat de chauffeurs perturbe les recrutements de Taxify

  • A
  • A
VTC : un syndicat de chauffeurs perturbe les recrutements de Taxify
Taxidy est présent dans 19 pays, en Europe centrale et orientale mais aussi en Afrique. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

Taxify s'est lancée la semaine dernière à Paris avec l'ambition de concurrencer Uber, le leader du secteur. 

Des chauffeurs de VTC ont bloqué lundi en début d'après-midi le bureau de recrutement de Taxify à Paris pour dénoncer "l'arrivée agressive" de la nouvelle plateforme de réservation sur le marché des voitures de transport avec chauffeur (VTC), selon le syndicat FO-Capa VTC.

D'après le syndicat, à l'origine de cette action, "quelques dizaines de chauffeurs ont bloqué la station de recrutement de Taxify", peu après son ouverture à 13h. L'accès aux locaux, situés rue Saint-Maur, dans le 11ème arrondissement, a ensuite été fermé sur décision du propriétaire de l'immeuble, a précisé Helmi Mamlouk, porte-parole du syndicat. Néanmoins, des chauffeurs ont décidé de rester devant l'immeuble "pour vérifier qu'ils ne rouvrent pas", a-t-il ajouté. "Ils (Taxify) sont arrivés de manière agressive, honteuse. On leur dit qu'on est là, qu'il y a des partenaires sociaux, des syndicats en face. On n'est pas d'accord pour qu'ils cassent les prix du marché, qui sont déjà déplorables", a-t-il déclaré pour expliquer les motivations des chauffeurs. 

Les chauffeurs contestaient une "offre de lancement de la compagnie". Selon une source proche de la direction, les chauffeurs -au nombre d'"une dizaine"- se sont dispersés dans le calme après une heure de blocage et les locaux ont été fermés pour l'après-midi. Ils contestaient une "offre de lancement de la compagnie" proposant une baisse de 50% des tarifs pour les passagers en octobre, selon la même source qui a précisé que le manque à gagner pour les chauffeurs est compensé par la compagnie. "Il n'y a aucune raison de changer cette offre", a ajouté cette source.

Des prix 10 % moins chers que ceux d'Uber ? Taxify s'est lancée la semaine dernière à Paris avec l'ambition de concurrencer Uber, le leader du secteur. Présente dans 19 pays, en Europe centrale et orientale mais aussi en Afrique, la plateforme assure que ses tarifs seront inférieurs de 10% à ceux d'Uber. Elle promet aussi de ne prendre que 15% de commission sur la course contre 25% pour Uber. Elle est soutenue par le géant chinois du VTC et du taxi Didi Chuxing, qui avait racheté l'an dernier les opérations d'Uber en Chine.

Des interpellations régulières sur les conditions de travail des chauffeurs. Depuis les premières mobilisations de chauffeurs de VTC il y a deux ans contre la politique tarifaire d'Uber, plusieurs associations et syndicats de chauffeurs interpellent régulièrement les plateformes sur les conditions de travail des chauffeurs et leur "paupérisation". Elles avaient obtenu du précédent gouvernement le lancement de travaux pour la mise en place d'un tarif minimum applicable au secteur des VTC.