Virgin : le principal repreneur abandonne

  • A
  • A
Virgin : le principal repreneur abandonne
@ MAXPPP
Partagez sur :

La société, qui voulait reprendre 11 magasins Virgin, a annoncé vendredi qu'elle jetait l'éponge.

L'info. "Virgin est mort". Vendredi après-midi, les syndicats de l'enseigne de distribution culturelle n'ont pas caché leur déception après l'abandon du principal candidat à la reprise. La société d'arts créatifs Rougier et Plé avait en effet annoncé un peu plus tôt qu'elle retirait son offre. Pour les 285 salariés concernés (sur un total de 960 employés par Virgin), l'avenir s'assombrit encore un peu plus.

Virgin Bandeau

© Reuters

285 salariés dans la balance. "C'est vraiment une très mauvaise nouvelle. C'est le pire qui pouvait arriver", s'est lamenté Loïc Delacourt, délégué CFE-CGC. Avec 11 magasins et 285 salariés dans la balance, l'offre de Rougier et Plé était en effet la plus importante annoncée. Mais, à en croire le Comité d'entreprise, la direction du repreneur potentiel n'a pas réussi à négocier avec les bailleurs des magasins qui l'intéressaient et a donc "rendu les armes".

>> A LIRE AUSSI : Virgin en redressement judiciaire

Peu d'autres offres. L'abandon de Rougier et Plé réduit encore un peu plus les chances de reprise des enseignes de Virgin. Les candidats avaient jusqu'à vendredi midi pour se faire connaître du tribunal de commerce, et seules quelques offres marginales ont été déposées. Parmi celles-ci, celle du spécialiste des loisirs créatifs Cultura, qui propose de reprendre deux magasins, et une autre de Vivarte, un groupe de prêt-à-porter, intéressé par dix sites. Au total, ces offres représenteraient 225 postes, soit à peine plus d'un quart des salariés de Virgin.

La conséquence de l'abandon de Rougier et Plé, c'est que le plan social concernera bien plus de salariés qu'initialement prévu. La direction de Virgin s'est engagée à apporter 5 millions d'euros pour les salariés. Mais si le nombre de salariés concernés augmente, cela réduira d'autant la somme allouée à chacun. Pour les syndicats, qui appellent les salariés à se mobiliser, ce financement est insuffisant et le plan, "s'annonce encore plus vaste et brutal que ce que l'on pouvait craindre".