Valls à Berlin : "l'Allemagne ne peut pas faire sans nous"

  • A
  • A
Valls à Berlin : "l'Allemagne ne peut pas faire sans nous"
Jean Quatremer, journaliste à Libération, était l'invité d'Europe 1
Partagez sur :

Le journaliste spécialiste des questions européennes Jean Quatremer relativise la domination allemande en Europe.

L'INTERVIEW.Manuel Valls débute lundi une visite de deux jours en Allemagne. Le Premier ministre devrait y plaider pour un nouvel assouplissement de la politique de rigueur imposée par les traités européens. Jean Quatremer, journaliste à Libération et spécialiste des questions européennes, voit cette visite comme un certain non-sens. "La logique voudrait plutôt qu'il aille à Bruxelles pour convaincre la Commission et le Conseil européen", a-t-il déclaré sur Europe 1.

Pour le journaliste, cette rencontre donne "l'impression qu'on est de retour dans une espèce d'empire allemand et que l'on dépend de l'Allemagne". Pourtant, affirme-t-il, "ce n'est pas la réalité" mais plutôt "une façon de se défausser [de ses responsabilités] sur les Allemands".

>> REGARDEZ AUSSI - L'édito éco de Nicolas Barré : "Que pense l'Allemagne de la France ?"

L'Europe sans la France ? Impossible. Répondant aux questions de Thomas Sotto, Jean Quatremer a tenu à relativiser l'impression de dépendance française à l'Allemagne. "On est dans un monde interconnecté", a-t-il déclaré. "On ne peut pas faire sans l'Allemagne et l'Allemagne ne peut pas faire sans nous", a continué le journaliste qui s'est interrogé : "Imaginez une Europe sans la France. Vous pensez que ça tient ?" Selon lui, les élites politiques allemandes "sont angoissées à l'idée que la France s'effondre, car sans la France l'Europe ne peut pas continuer".

Par ailleurs, Jean Quatremer, qui se rend régulièrement à Berlin pour y rencontrer des politiques allemands, a affirmé que les dirigeants savent "qu'ils ne peuvent pas diriger seuls l'Union européenne, [...] car la plupart des pays européens ne pourraient pas accepter une Allemagne dominante", rappelant "le poids de l'Histoire".