Travailleurs pauvres : une "prime d'activité" en 2016

  • A
  • A
Travailleurs pauvres : une "prime d'activité" en 2016
"Une prime d'activité" réservée aux bas salaires, qui remplacera la prime pour l'emploi (PPE) et le RSA activité, va être mise en place dès le 1er janvier 2016.@ REUTERS
Partagez sur :

Cette prime réservée aux bas salaires va remplacer la prime pour l'emploi (PPE) et le RSA activité.

Une prime mensuelle. Le gouvernement va mettre en place à partir du 1er janvier 2016 "une prime d'activité" réservée aux bas salaires, qui remplacera la prime pour l'emploi (PPE) et le RSA activité, a annoncé Matignon mardi. Les modalités précises de cette prime restent à définir avec les parlementaires et les partenaires sociaux. Elle sera versée chaque mois aux personnes gagnant moins qu'"environ" 1,2 fois le Smic et dont les revenus du ménage ne dépassent pas un certain montant, a indiqué le cabinet de Manuel Valls. Ce dispositif doit être présenté par le Premier ministre lors du Conseil des ministres jeudi, a-t-on précisé.

Près de 4 milliards d'euros alloués. François Hollande avait annoncé en août la fusion de la PPE et du revenu de solidarité active (RSA activité), deux dispositifs critiqués, mais le futur dispositif restait à dévoiler.Le montant alloué à cette nouvelle prime sera voisin des sommes jusque-là allouées à la PPE et au RSA activité, c'est-à-dire un peu moins de 4 milliards d'euros par an, selon Matignon.

> LIRE AUSSI - Pourquoi fusionner RSA activité et prime pour l'emploi ?

Les salariés modestes concernés. Contrairement au RSA activité, réservé aux plus de 25 ans, ou moins de 25 ans avec un enfant à charge, la "prime d'activité" bénéficiera aux moins de 25 ans. Toutefois, son montant pourrait varier pour les jeunes. La mesure, fait valoir Matignon, permet de soutenir un certain nombre de salariés modestes, qui ne bénéficiaient pas de la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu.Une loi sera adoptée d'ici fin 2015 pour mettre en place la mesure, qui précisera le nombre de bénéficiaires et les montants détaillés des revenus pour en bénéficier, a-t-on précisé.