Une cour pour juger les crimes contre l’environnement ?

  • A
  • A
Une cour pour juger les crimes contre l’environnement ?
Partagez sur :

C’est l’idée proposée par le prix Nobel de la paix Adolfo Perez Esquivel qui a lancé il y a quelques jours une pétition en ce sens.

Tchernobyl, déforestation, pollution de l'eau : à chaque fois qu’il y a "crime contre l’environnement", les coupables devraient être jugés et punis. C’est l’idée défendue vendredi dernier à Rome par le prix Nobel de la paix Adolfo Perez Esquivel qui propose, dans une pétition, la création d’une cour pénale internationale pour les crimes contre l’environnement.

Objectif : obtenir un million de signatures. "Nous devons intensifier nos efforts pour obtenir l'appui des gouvernements" car ceux-ci "n'agiront pas d'eux-mêmes", a déclaré Adolfo Perez Esquivel, un militant des droits de l'homme rescapé de la dictature argentine et récompensé par le prix Nobel en 1980. Pour introduire la notion de "crime contre l’environnement", il faudrait faire modifier les statuts de la Cour internationale de La Haye par au moins deux tiers des pays qui y sont rattachés.

"Si ceux qui s’en prennent à l’environnement vivent dans l’impunité c’est parce qu’ils manquent des lois pour les contrôler et les punir", assure Adolfo Perez Esquivel. Parmi les premiers signataires de la pétition, se trouve l’Italien Roberto Saviano, l’auteur de Gomorra, l’enquête sur la mafia adaptée au cinéma.