Un Noël sous le signe de la grève chez Easyjet

  • A
  • A
Un Noël sous le signe de la grève chez Easyjet
@ AFP/PASCAL PAVANI
Partagez sur :

TRANSPORTS - Deux syndicats d'hôtesses et stewards ont déposé un préavis de grève. Un peu moins d'un vol sur deux sera perturbé.

Chez Easyjet, hôtesses et stewards ont décidé de faire grève lors des fêtes de Noël : cela tombe mal, ils représentent près de 60% des effectifs en France. En raison de ce mouvement de grève initié par deux syndicats d'hôtesses et stewards, la direction va donc annuler des vols les 25 et 26 décembre. Aucun vol n'étant programmé le jour de Noël, le mouvement social devrait "affecter moins de la moitié des vols" le 26 décembre, a-t-on appris auprès de la compagnie.

>> LIRE AUSSI - Pour des billets d'avion pas chers, préférez le mardi

Easyjet décale ses vols. Dans le transport aérien, les salariés doivent annoncer leur intention de faire grève 48h avant d'arrêter le travail. Les prévisions de trafic seront donc connues mercredi prochain pour la journée du 26 décembre. Mais la compagnie aérienne a déjà commencé à prendre les devants : "dès lundi, on va préemptivement annuler un certain nombre de vols pour pouvoir transférer les passagers, qu'ils puissent se réorganiser", a précisé François Bacchetta, directeur général d'EasyJet pour la France. La compagnie a lancé un appel aux volontaires pour assurer la rotation des vols ce jour-là.

Les raisons de la grève. Le SNPNC-FO, syndicat majoritaire au sein de la compagnie aérienne, et l'Unac réclament une meilleure gestion des plannings, une plus grande participation aux bénéfices et la mise en place d'un contrat de prévoyance. Les syndicats dénoncent notamment des plannings qui "peuvent subir jusqu'à quasiment une vingtaine de changements" au cours du mois, "ce qui rend la vie de famille complètement impossible", a indiqué Laurent Nicolas du SNPNC-FO. "C'est un chantier très compliqué sur lequel on travaille", a assuré le directeur général d'EasyJet France, qui dit cependant comprendre la "frustration" du personnel sur le sujet.

Le dirigeant s'étonne en revanche des revendications salariales exprimées par les syndicats, arguant que les négociations annuelles obligatoires (NAO) venaient de commencer selon lui. "On est au début, les discussions ne sont pas interrompues", affirme-t-il. Le SNPNC-FO (majoritaire) et l'Unac se sont indignés de la baisse de 25% de l'actionnariat d'entreprise (distribution d'actions pour les salariés), décidée par EasyJet malgré un bénéfice opérationnel en hausse de près de 22%. Ils réclament par ailleurs "la création d'une prime d'intéressement aux bénéfices digne des énormes bénéfices réalisés par Easyjet", indique l'Unac dans un communiqué.

>> LIRE AUSSI - Vols retardés : des sites pour faciliter l'indemnisation