Travail de nuit : les salariés de Sephora contre-attaquent

  • A
  • A
Travail de nuit : les salariés de Sephora contre-attaquent
Les salariés du magasin des Champs-Elysées veulent pouvoir ouvrir au-delà de 21 heures.@ MAXPPP
Partagez sur :

Des employés de l'enseigne des Champs-Elysées ont décidé d'assigner en justice le syndicat qui a fait interdire le travail de nuit dans leur magasin.

L'info. Les salariés noctambules de Sephora n'ont pas dit leur dernier mot. Lundi, l'enseigne de parfumerie s'est vue ordonner par la Cour d'appel de Paris la fermeture des portes de son magasin des Champs-Elysées à partir de 21 heures le soir, au lieu de minuit actuellement. Une décision jugée injuste par une centaine d'employés, qui ont donc décidé de poursuivre en justice Clic-P, l'intersyndicale du commerce de Paris, auteur de la plainte, selon des informations de Challenges.

>> A LIRE AUSSI : Sephora condamné à fermer ses portes à 21 heures

Un syndicat non-représentatif ? Lors de l'audience, prévue devant le juge des référés vendredi à 14 heures, Ces salariés mécontents veulent faire valoir que Clic-P n'est pas représentatif au sein du magasin. De fait, la moitié d'entre eux avait signé, avant que la Cour d'appel ne rende son arrêt, une pétition défendant le travail de nuit. "Ces gens-là ne parlent pas en notre nom, qu'est-ce qu'on va devenir? On est dans un pays où on lutte contre le chômage et pourtant des syndicats eux s'en foutent", fustigeait lundi Diane, responsable des soins. Une position qui est également partagée par la déléguée CFTC du point de vente, premier syndicat de l'enseigne et favorable à l'ouverture nocturne.

Pourvoi en cassation. Pendant ce temps, la direction comme les syndicats poursuivent leur combat. LVMH, propriétaire de Sephora, a annoncé qu'il comptait se pourvoir en cassation. En attendant que les juges se prononcent, l'enseigne devra toutefois appliquer la décision de la Cour d'appel. Et de son côté, Clic-P entend bien poursuivre sa croisade contre le travail de nuit.