Toyota : levée des piquets de grève à Onnaing

  • A
  • A
Toyota : levée des piquets de grève à Onnaing
Partagez sur :

Les salariés de l'usine Toyota d'Onnaing ont levé le blocage du site après la signature d'un accord entre syndicats et direction sur l'indemnisation du chômage partiel et le paiement des jours de grève.

Déblocage à Onnaing dans le Nord. Les salariés en grève de l'usine Toyota ont levé lundi le blocage du site qui était en vigueur depuis jeudi soir. Les salariés ont réagi favorablement à la signature d'un accord entre syndicats et direction sur l'indemnisation du chômage partiel et le paiement des jours de grève.

"C'est la première grève chez Toyota Onnaing, et c'est notre première victoire", s'est félicité Eric Pecqueur, délégué CGT. Tous les accès routiers à l'usine ont été dégagés après que les représentants syndicaux eurent annoncé aux grévistes que leurs revendications avaient été satisfaites.

La levée des piquets de grève était un préalable de la direction à la suspension des assignations en justice d'une dizaine de salariés grévistes. La comparution lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Valenciennes devrait donc être annulée.

Selon les syndicats et la direction, l'accord prévoit l'indemnisation du chômage partiel à 75% du salaire brut, soit près de 95% du salaire net, pendant six mois. Ce dispositif, rétroactif au 1er février, devrait être reconduit jusqu'à la fin de l'année grâce à une nouvelle convention signée avec l'Etat. La direction s'engage par ailleurs "à ce qu'il n'y ait aucune sanction, ni licenciement, ni mutations disciplinaires", selon une porte-parole du constructeur.

Il est difficile d'évaluer le coût de cette grève pour l'instant. Mais le mouvement aurait empêché la production de 3.300 voitures, et la direction prévoit de mettre en place des heures supplémentaires pour rattraper ce retard.