Succession précipitée à France Télécom

  • A
  • A
Succession précipitée à France Télécom
@ Reuters
Partagez sur :

Avec un an d’avance, Stéphane Richard va remplacer Didier Lombard à la tête de l'entreprise.

Leurs relations étaient tendues, la transition a donc été précipitée. L'actuel numéro 2 de France Télécom, Stéphane Richard, prendra le fauteuil de Didier Lombard dès le 1er mars, comme l’a annoncé lundi l’opérateur.

"Didier Lombard, président-directeur général de France Télécom, a décidé de proposer au conseil d'administration de l'entreprise du 24 février prochain la dissociation des fonctions de président et de directeur général à compter du 1er mars 2010", a précisé le groupe.

Et c'est par un mail général, envoyé lundi à 18h aux 100.000 collaborateurs du groupe, que Didier Lombard a officialisé son retrait. En haut à gauche du message, il y a sa photo en noir et blanc. Puis un texte, à la fin duquel le PDG loue l'énergie, le professionnalisme et la compétence du personnel (cliquez ici pour lire le mail).

Didier Lombard, "victime" de la vague de suicides

Le départ de Didier Lombard était initialement prévu au printemps 2011. Mais il est sur la sellette avec la série de suicides de salariés, qui a frappé l'opérateur depuis 2008. Les syndicats ont comptabilisé 35 suicides en deux ans et avaient alors demandé le départ de Didier Lombard.

Ce dernier conservera néanmoins des attributions au sein de France Télécom pour faciliter la transition. "Si cette évolution est acceptée par le conseil, Didier Lombard, dans le cadre de son mandat de président de France Télécom, contribuera notamment à la définition des orientations stratégiques et technologiques du groupe", précise le communiqué de l’entreprise.

Proche de Nicolas Sarkozy, Stéphane Richard a été désigné pour prendre la relève. Auparavant directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, cet énarque de 48 ans a été nommé en octobre 2009 directeur général adjoint en charge des opérations France. Il est, depuis le 1er janvier, directeur délégué.