Spanghero : nouveau nom, nouveau départ

  • A
  • A
Spanghero : nouveau nom, nouveau départ
@ MAXPPP
Partagez sur :

Sous le nom de La Lauragaise, l'entreprise reprend mercredi sa production de plats cuisinés.

L'INFO. "Vous savez, quand on démarre de zéro, il faut partir de quelque chose. C'est ce que nous sommes en train de faire". Après cinq mois d'une longue descente aux enfers, l'entreprise Spanghero, devenue tristement célèbre avec le scandale européen de la viande de cheval, a rouvert ses portes, mercredi matin, à Castelnaudary, dans l'Aude.

95 emplois sauvés. Pour mieux tourner la page, le repreneur de la société Laurent Spanghero, qui n'est autre qu'un des fondateurs de l'entreprise ; et ses deux partenaires financiers, ont choisi de donner un nouveau nom à la société agroalimentaire : La Lauragaise, en référence à la région d'implantation de l'entreprise. Ce mercredi matin, seule une trentaine d'employés ont retrouvé le chemin des chaînes de fabrication, alors que 95 postes sur 230 ont été conservés début juillet. "Nous repartons pratiquement de zéro", admet Laurent Spanghero.

Des plats cuisinés en production. Seule l'activité des plats cuisinés est concernée par ce redémarrage: "nous avons plusieurs commandes (de cassoulet en boîte) à honorer, de différentes enseignes de la grande distribution", souligne Laurent Spanghero. A l'heure actuelle, l'entreprise ne peut compter que sur trois clients : les supermarchés Carrefour, Leclerc et Leader Price. Ce mercredi matin, quelques minutes après la réouverture de l'usine, un premier camion est venu livrer de la viande de porc pour honorer les premières commandes.

Spanghero viande

© MaxPPP

Un appel aux donneurs d'ordre. Laurent Spanghero a lancé un appel aux donneurs d'ordres, les invitant à passer des contrats avec son entreprise. "Nous avons besoin - et là c'est un appel que je lance - nous avons besoin des donneurs d'ordres, des enseignes", a-t-il déclaré, soulignant que la période estivale compliquait grandement la reprise de l'activité de la société.

Pas de transformation de viande. En revanche, la transformation de viande, l'autre activité traditionnelle de cette entreprise, qui avait été cédée par la famille Spanghero au groupe coopératif basque Lur Berri en 2009, est toujours à l'arrêt, faute de commandes.