Sous-marins : la joie des salariés de DCNS à Cherbourg

  • A
  • A
Partagez sur :

Mardi matin, l'heure était à la fête sur le site de DCNS à Cherbourg après la signature d'un "méga-contrat" par le groupe français.

REPORTAGE

"C’est une grande victoire de l’industrie navale française" a affirmé Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense sur Europe 1 mardi matin. Après l'annonce dans la nuit de lundi à mardi de la signature d'un contrat record de 34,3 milliards d'euros par le groupe français DCNS pour la vente de 12 sous-marins à l'Australie, les employés du site de Cherbourg ne cachaient pas leur satisfaction. 

4.000 emplois attendus. Sur ce site dans la Manche où le constructeur emploie 2.200 personnes et 700 sous-traitants, certains ont découvert la nouvelle en arrivant. "C'est super pour la charge du site et tous les emplois que ça va générer", s'est réjoui un salarié au micro d'Europe 1. "Ça donne envie, c'est une belle perspective pour le travail dans l'avenir, là ça va motiver pour toute la semaine", plaisantait un second. Nombreux sont les "génial" et les "super" entendus sur le site. En effet, si sur les 12 sous-marins commandés par l'Australie tous ne seront pas fabriqués à Cherbourg en raison des règles de transfert des technologies, ce contrat va tout de même donner beaucoup de travail dans la région (4.000 selon les premiers chiffres). En outre, il permet d'assurer la pérennité du site.

"On va pérenniser l’activité". "C'est bon pour la reconnaissance du pays. Le pays est magnifique comme ça, il récupère un gros chantier", a salué un autre employé interrogé par Europe 1. Avant de poursuivre : "On va pérenniser l'activité et on est reconnu dans le monde entier, c'est bon pour la métallurgie qui avait souffert des baisses de chantiers. Là il y a du travail pour une cinquantaine d'années, les jeunes seront moins dans le stress, ils auront une vision pour le futur". Et cet employé de conclure : "C'est un savoir-faire qui s'exporte. On est reconnu donc par la suite ça ouvrira peut-être d'autres portes avec d'autres pays".