Sécurisation de l’emploi : ce que dit l'accord

  • A
  • A
Sécurisation de l’emploi : ce que dit l'accord
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Qu’y gagnent les salariés et les entreprises ? Quels dossiers restent à régler ?

L’INFO. Face à un marché du travail grippé et que la crise économique a un peu plus déstabilisé, les partenaires sociaux ont négocié durant des semaines pour instaurer une flexi-sécurité. Ce projet d’accord, qui doit désormais être validé par les parlementaires, a été présenté en Conseil des ministres mercredi.

16.10.Syndicat.CGT.Thibault.Matignon.Ayrault.Reuters.930.620

© REUTERS

Si le parti socialiste et l’UMP sont peu diserts sur un accord qu’ils semblent accepter, le Front de gauche, la CGT et Force Ouvrière contestent vigoureusement une réforme qu’ils jugent faite par et pour le Medef.  "Cet accord ne contient que ce que le Medef a exigé ou accepté. C’est donc un accord made in Medef", dénonce ainsi le Front de gauche. Le patronat a-t-il vraiment empoché la mise avec cet accord ? Retour sur un projet d’accord qui allie flexibilité, en faveur des entreprises, et sécurisation, au profit des salariés.

CE QUE LE SALARIÉ Y GAGNE

• Une complémentaire santé obligatoire. L’accord prévoit un accès généralisé à une complémentaire santé pour tous les salariés avant 2016. Cette complémentaire sera financée au moins pour moitié par l'employeur. Cette mesure bénéficie surtout aux employés des petites entreprises.
>> A lire aussi : Vers une mutuelle pour chaque salarié ?

Une meilleure représentativité dans l’entreprise. Les employés devraient pouvoir envoyer un ou deux représentants dans les organes de décision des grands groupes. Ces derniers n’auront pas la capacité d’empêcher certaines décisions mais ils seront consultés, notamment sur les orientations stratégiques et l'utilisation du crédit d'impôt compétitivité.

Un droit renforcé à la formation. Le salarié va acquérir un "compte personnel de formation" pouvant aller jusqu’à 120 heures. La qualité de cette formation continue reste néanmoins très inégale en France, comme l’a dénoncé la Cour des comptes à plusieurs reprises.

De meilleurs droits à l’assurance chômage. Les chômeurs pourront conserver leurs reliquats de droits quand ils retrouvent un emploi. Ce volet fera l’objet d’une autre négociation prévue fin 2013.

05.09.Bandeau.emploi.industrie.travail.Reuters.460.100

© REUTERS

CE QUE L’ENTREPRISE Y GAGNE

La capacité de réduire l’activité, et donc les salaires, en cas de crise. En cas de "graves difficultés conjoncturelles", un employeur pourra conclure, pendant deux ans maximum, un accord avec des syndicats, représentant plus de 50% des salariés, pour "aménager" temps de travail et rémunération. En clair, réduire temporairement les salaires et/ou le temps de travail. Les employés gagnant moins de 1,2 Smic ne pourront néanmoins voir leur paie réduite.

Des licenciements facilités. Tout plan social devra être étudié, voire validé, dans des délais raccourcis. Ce sera aux syndicats de trouver un accord avec la direction, faute de quoi l’administration prendra le relais. Les délais de contestation d’un licenciement devant les prud’hommes seront aussi raccourcis.

Une plus grande mobilité de ses salariés. La mobilité géographique pourra devenir obligatoire si un accord interne est signé avec les syndicats. Le salarié concerné ne devra pas voir son salaire ou son statut revu à la baisse. En cas de refus, le motif du licenciement sera "économique" mais n'entraînera pas de plan social.

16.10.Bandeau.Syndicat.Medef.Thibault.CGT.Parisot.Reuters.460.100

© REUTERS

LES DOSSIERS QUI RESTENT A RÉGLER

Les contrats courts davantage taxés. Sur le papier, l’accord prévoit de dissuader le recours aux CDD en augmentant les cotisations pour les contrats de moins de trois mois. Mais le diable se cache dans les détails : le recours à l’intérim et de nombreux secteurs sont exclus par ce renchérissement des contrats courts (hôtellerie, audiovisuel, etc.), ainsi que les contrats saisonniers.

Rendre plus facile le chômage partiel. L’idée est de s’inspirer de l’Allemagne, qui a généralisé ce système pour mieux résister aux baisses d’activité. Mais le financement de ce volet reste à trouver.
>> A lire aussi : Le chômage partiel, un casse-tête à appliquer

Obliger une entreprise à céder un site rentable plutôt que le fermer. Les syndicats espéraient inclure cette réforme qui obligerait un groupe souhaitant fermer un site rentable à le revendre. Le gouvernement a sorti ce dossier de l’accord et promet une loi sur le sujet dans le courant de l’année.