Sécu : qu’y a-t-il vraiment dans le PLFSSR ?

  • A
  • A
Sécu : qu’y a-t-il vraiment dans le PLFSSR ?
@ Reuters
Partagez sur :

ENCADRE - Le plan de budget rectificatif de la Sécu a été au cœur d’intenses débats au sein de la majorité, à cause de sa

Le gouvernement a évité le pire. Les députés ont finalement adopté, d’une courte majorité, le plan de budget rectificatif de la Sécu (PLFSSR). Il doit permettre au gouvernement de réaliser 50 milliards d’économie en trois ans dans le cadre du pacte de responsabilité. Toutefois sont orientation très favorable aux entreprises a provoqué une levée de boucliers d’une partie l’aile gauche du PS qui aurait préféré qu’une partie des aides promises aux entreprises soit réorientée vers les ménages les plus modestes. Europe 1 revient sur les éléments qui ont fait monter la pression à la gauche de la majorité.

4,5 milliards d’euros de charges en moins. Afin de relancer l’activité des entreprises et l’emploi, le gouvernement mise sur une baisse du coût du travail de 4,5 milliards d’euros. Celle-ci passe par un allègement des cotisations patronales pour des salaires inférieurs à 1,6 smic et la suppression des cotisations patronales URSSAF au niveau du smic.

1 milliard d’euros pour la C3C. Autre cadeau aux entreprises : un abattement sur la contribution sociale de solidarité des sociétés, connue sous le nom de C3S. Celle-ci sert à financer le régime de protection sociale des travailleurs indépendants (artisans, commerçants, exploitants agricoles, etc.). L’Etat exonère ainsi les petites entreprises de cette taxe, et se prive d’un milliard d’euros de revenu.

1 milliard d’euros pour les indépendants. L’Etat souhaite également favoriser les travailleurs indépendants et diminue leurs cotisations, pour un coût d’un milliard d’euros.

2,5 milliards de baisse de cotisation salariale. Les ménages bénéficient également d’un coup de pouce, via une baisse des cotisations salariales dès le 1er janviers 2015 pour les salariés gagnant entre 1 et 1,3 smic.

Gel des pensions de retraite. Déjà mis à la diète, les retraités dont la pension dépasse 1.200 euros par mois vont encore voir leur revenu stagner pendant un an. Dans les faits, cela revient à un gel des pensions de 18 mois, la date de revalorisation ayant déjà été décalée d’avril à octobre lors de la réforme des retraites. L’économie attendue pour le gouvernement est de 300 millions d’euros. Enfin, le gouvernement prévoit de faire 800 millions d’euros d’économie sur les dépenses de l’Assurance maladie.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

SECU - Le budget rectificatif adopté par l'Assemblée

L'INFO POL - Frondeurs et syndicats, même combat

POINT CONSTIT' - Le "vote bloqué", l'arme de Valls pour ranger les frondeurs