Sapin : "Non, le retournement n'est pas là"

  • A
  • A
Sapin : "Non, le retournement n'est pas là"
@ MAXPPP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le ministre du Travail assure que la courbe du chômage s'inversera d'ici la fin de l'année.

L’embellie aura été de courte durée. Après une stagnation en mai, le nombre de demandeurs d'emploi a en effet légèrement augmenté le mois dernier, de 0,5% sur un mois, selon les chiffres dévoilés mercredi. Mais pour Michel Sapin, invité jeudi matin d’Europe 1, l’heure est néanmoins à l’optimisme.

>> A LIRE AUSSI : Le chômage repart (un peu) à la hausse

Rendez-vous à la fin de l’année. François Hollande l’a dit et redit sur tous les tons : l’objectif d’inverser la courbe du chômage sera atteint d’ici la fin de l’année 2013. La patience est donc requise car pour le moment, même s'il y a une "amélioration", "non, le retournement n'est pas là', a reconnu Michel Sapin. "Il y a un ralentissement, le ralentissement c'est le moment qui précède le retournement" de la courbe du chômage, a estimé le ministre du Travail, avant d’assurer que François Hollande est dans le vrai : "le nombre des chômeurs toutes catégories diminuera vers la fin de l'année, car c'est là que l'inversion de la courbe du chômage s'inscrira dans la réalité", a-t-il affirmé.



Croissance : "L'amélioration n'est pas le...par Europe1fr

Jeudi matin toujours, Jean-Marc Ayrault a marché dans les pas de son ministre en assurant lui aussi, en marge d'un déplacement en Corée du Sud, que l'objectif d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année était "tenable" et "souhaitable".

C’était pire avant. L’actuelle majorité a longtemps mis en avant l’héritage de ses prédécesseurs pour expliquer ses difficultés du moment. Michel Sapin a de nouveau joué de cet argument en rappelant que "le pire moment de Sarkozy, c'était 60.000 (nouveaux inscrits) par mois. Le plus dur que nous ayons connu c'était 30.000 par mois. Aujourd'hui nous avons 15.000 chômeurs par mois". Pas de quoi se gargariser - "chaque chômeur en plus est un drame personnel", a insisté le ministre -, mais des motifs de satisfactions émergent néanmoins, notamment chez les jeunes, qui bénéficient des Emplois d’avenir : "pour la première fois, deux mois de suite, le chômage des jeunes de moins de 25 ans recule. L'inversion de la courbe du chômage existe pour cette catégorie. C'est une grande satisfaction"

Retraites : "on peut être solidaire et compétitif". C’est le prochain dossier chaud du gouvernement. Invité à définir ce que devait être la future réforme des retraites, attendue en septembre, Michel Sapin a affirmé que "c'était d'abord une réforme qui permet, qui contribue, dans les deux ans qui viennent, à rééquilibrer les finances de la France". Mais, a-t-il ajouté, "c'est surtout une réforme qui donne de la visibilité et de la durabilité, qui confirme pour longtemps, pour vingt ans, pour trente ans, que le système de solidarité à la française est un système durable et compatible avec des économies comme la nôtre". Et de conclure : "on peut être solidaire et compétitif, c'est cela la bonne réforme des retraites", a-t-il dit.

>> A LIRE AUSSI : Retraites : Ayrault en opération déminage