Grèce : la BCE maintient son financement d'urgence

  • A
  • A
Grèce : la BCE maintient son financement d'urgence
Le peuple grec a voté "non" aux exigences des créanciers, dimanche lors du référendum. @ LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Partagez sur :

Les Grecs ont nettement rejeté (61,31%) lors du référendum de dimanche le plan des créanciers de leur pays. Mardi se tiendra un nouvel Eurogroupe lors duquel Athènes fera de nouvelles propositions.

L'ESSENTIEL EN DIRECT

Alexis Tsipras n'est pas seul. La majorité du peuple grec demande désormais aux créanciers d'assouplir leurs exigences. Les Grecs ont massivement voté "non" (61%), dimanche, aux réformes proposées par les représentants du FMI, de la BCE et de l'Union européenne en échange de leur aide. Un résultat qui ne constitue pas "une rupture avec l'Europe mais "le renforcement de notre pouvoir de négociation", a déclaré le Premier ministre à l'issue des résultats. Face à une possible reprise des négociations lors d'un nouvel Eurogroupe mardi, les pays de la zone euro avancent en ordre dispersé. Si l'Allemagne semble avoir mis de l'eau dans son vin lundi, d'autres pays européens risquent de se montrer intransigeants envers Athènes.

>> Les informations à retenir : 

• Les Grecs ont massivement dit "non" dimanche aux réformes austéritaires, par 61%.

• Hollande et Merkel ont déclaré lundi attendre des propositions de la Grèce. Le FMI s'est dit, lui, prêt à aider la Grèce si elle en fait la demande.

• Jugé nuisible aux négociations, le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a démissionné. Euclide Tsakalotos, qui a déjà participé aux négociations avec les créanciers, lui succède.

• Le gouvernement hellène prolonge le contrôle des capitaux, les banques resteront fermées jusqu'à mercredi.

• La BCE a décidé lundi de maintenir son financement d'urgence des banques grecques. 

>> Les prochains rendez-vous :

• Un Eurogroupe aura lieu mardi à 11 heures lors duquel Athènes présentera de nouvelles propositions.

• Un sommet européen suivra à 16 heures pour discuter de l'avenir financier de la Grèce.

• La Grèce doit rembourser 3 milliards d'euros à la BCE le 20 juillet.

Des négociations relancées dès mardi ? Alors que lundi soir, François Hollande et Angela Merkel ont déclaré attendre des propositions "sérieuses" et "précises" de la Grèce, un Eurogroupe, qui réunira les ministres des Finances de la zone euro, se tiendra mardi à Bruxelles. Il est désormais acté que Athènes y présentera de nouvelles propositions. C'est en tout cas ce qu'ont convenu au téléphone Alexis Tsipras et la chancelière allemande lundi matin. 

Du côté d'Athènes, le gouvernement s'active donc. Les principaux partis grecs se sont mis d'accord pour élaborer "un texte commun" de soutien aux négociations, en vue d'un accord dans le cadre européen. L'Allemagne, elle, met la pression. Son ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, a déclaré lundi que, si la Grèce souhaitait rester dans la zone euro, "son gouvernement doit rapidement formuler des propositions conséquentes, qui aillent au-delà de ce à quoi il s'est dit prêt jusque-là". La France, elle aussi attend que la Grèce fasse le premier pas. Michel Sapin, le ministre des Finances, l'a rappelé lundi sur Europe 1 : "Le vote lui même ne règle rien de manière automatique.(...) Maintenant, c'est au gouvernement grec de faire des propositions. Le fil du dialogue est très ténu".

Le ministre de la Fonction publique grec, Georgios Katrougalos, interwievé sur Europe 1 lundi soir, a assuré que la Grèce était prête à "faire des concessions" en proposant "des mesures fiscales dures" envers les plus riches. Mais à condition que le FMI, la BCE et la zone euro s'engagent à restructurer la dette hellène. 

Tsipras tente de rassurer l'Europe. Le Premier ministre s'est adressé au peuple grec tard dans la soirée, dimanche. Le "non" au référendum en Grèce ne signifie pas "une rupture avec l'Europe mais "le renforcement de notre pouvoir de négociation" avec les créanciers, a-t-il souligné. Avant de préciser que son gouvernement était "prêt à reprendre la négociation avec un plan de réformes crédibles et socialement justes" et que "cette fois, la question de la dette (publique) sera sur la table".

Varoufakis démissionne.  Il avait dit qu'il démissionnerait si le "oui" l'emportait. Mais le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a annoncé sa démission malgré la victoire du "non". "Peu de temps après l'annonce des résultats du référendum, on m'a informé d'une certaine préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de 'partenaires' associés, pour mon absence des réunions. Une idée que le Premier ministre (Alexis Tsipras) a jugé potentiellement utile à l'obtention d'un accord. Pour cette raison je quitte le ministère des Finances aujourd'hui", a-t-il expliqué sur son blog lundi matin. "Pour faciliter les négociations, je pense qu'il a démissionné. Les créditeurs disaient que c'était lui l'obstacle. C'est une démarche d'apaisement", analyse lundi sur Europe 1 Stelios Kouloglou, eurodéputé Syriza. 

C'est Euclide Tsakalotos, jusque là vice-ministre des Affaires étrangères chargé des questions économiques, qui devient le nouveau ministre des Finances hellène. Si, sur le fond, il a les mêmes idées que son prédécesseur, il diffère par son tempérament, plus calme et plus discret.

Yanis Varoufakis Alexis Tsipras

Yanis Varoufakis et Alexis Tsipras © LOUISA GOULIAMAKI / AFP



Prochaine échéance cruciale : le 20 juillet. Malgré cette volonté d'apaisement, le nouveau round de négociations voulu par Tsipras s'annonce compliqué car Athènes court contre la montre pour éviter la banqueroute. En défaut de paiement vis-à-vis du FMI, la Grèce le sera bientôt vis-à-vis de la Banque centrale européenne si elle ne trouve pas de nouvelles liquidités. Si elle ne rembourse pas les 3 milliards qu'elle doit à l'institution le 20 juillet, date d'échéance du prêt, Athènes risque de se voir couper les vivres.

Pour éviter une faillite totale de son système financier pendant qu'elle renoue le dialogue avec ses créanciers, Athènes a demandé dimanche soir à la BCE de relever l'aide d'urgence aux banques grecques. Pour rappel, les banques grecques, déjà en rade, sont fermées depuis une semaine et le gouvernement grec a décidé, par décret, de prolonger cette fermeture jusqu'à mercredi. Le directoire de la BCE, qui s'est réunit lundi, a décidé de soutenir encore la Grèce en maintenant son financement d'urgence au niveau décidé le 26 juin dernier. Un répit important pour les banques hellènes mais qui s'accompagne d'une hausse de l'ordre de 10% sur certaines garanties avancées par les banques hellènes à la BCE.

Les membres de l'eurozone divisés. Le chef de l'Etat français, qui entend conserver son rôle de médiateur, aura fort à faire. Même si lundi soir, il a semblé être sur la même longueur d'onde qu'Angela Merkel, pour la chancelière allemande, toute nouvelle négociation semble compliquée. L'Allemagne, premier créancier de la Grèce, ne semble pas prête de s'assouplir. La chancelière a, dans sa déclaration à l'Elysée, que "les conditions préalables pour entrer en négociations pour un nouveau programme d'aide à la Grèce ne sont pas encore réunies". Lundi, lors d'un entretien téléphonique, la chancelière allemande et le Premier ministre grec se sont toutefois mis d'accord pour qu'Athènes présente des propositions mardi à l'occasion de l'Eurogroupe. Et dans la foulée mardi soir, un sommet européen se réunira pour discuter de l'avenir financier de la Grèce et même d'"aide humanitaire", si on en croit le ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel. 

Mais la décision finale risque d'être compliquée à trouver tant les divisions entre les pays de l'Union européenne semblent importantes. Aux divergences franco-allemandes, il faut ajouter les pays de l'Europe de l'Est qui n'excluent pas un "Grexit" tant les exigences grecques les exaspèrent et ceux du sud de l'Europe, comme l'Espagne et le Portugal, qui ont fait énormément de sacrifices économiques par le passé et qui ne comprennent pas qu'Athènes refuse de faire de même. Mariano Rajoy, chef de gouvernement espagnol, a donné le ton dans une déclaration lundi soir : "solidarité oui, mais elle doit être accompagnée de responsabilité", évoquant les "réformes nécessaires à la croissance et à la création d'emploi" que doit mener l'état hellène selon lui.

>> Selon l'éditorialiste Nicolas Barré, le "chaos" n'est pas loin :


Grèce : et maintenant, que va-t-il se passer ? par Europe1fr