Rapport Gallois : 22 mesures et un "choc"

  • A
  • A
Rapport Gallois : 22 mesures et un "choc"
@ Reuters
Partagez sur :

Louis Gallois a remis son rapport au gouvernement. Il appelle à un "pacte social".

Fin du suspens. Le très attendu rapport Gallois a été remis lundi matin au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Ses propositions pour relancer la compétitivité française seront annoncées en détails dans l'après-midi, mais Louis Gallois a déjà confirmé les grandes lignes du rapport parues dans la presse.

L'essentiel. "Je propose 22 mesures principales", a annoncé Louis Gallois à la sortie de Matignon. Elles visent à "arrêter le décrochage de l'industrie française" qui s'est aggravé "depuis une dizaine d'années", estime l'auteur du rapport.

La principale proposition. Louis Gallois préconise une baisse des cotisations des entreprises de l'ordre de 30 milliards d'euros, dont 20 milliards concernent les charges patronales et 10 milliards les charges salariales.

>> LIRE AUSSI : Le rapport Gallois déjà contesté

Un "choc de confiance". Le rapport devait parler d'un "choc de compétitivité", mais François Hollande a banni l'expression, lui préférant un "pacte de compétitivité" qui s'inscrirait dans la durée. Louis Gallois opte finalement pour le "compromis" : son rapport plaide pour un "choc de compétitivité qui est en fait un choc de confiance".

Un "pacte social" et un "véritable patriotisme".  La relance de la compétitivité française nécessite un "dialogue social à tous les niveaux" avec "un nouveau dynamisme", précise Louis Gallois, "parce que nous avons besoin que se noue une sorte de pacte social entre tous les partenaires". L'ancien patron va plus loin : pour mener la "reconquête industrielle", nous avons "besoin d'un véritable patriotisme. Il faut que le club France travaille de manière solidaire."

La feuille de route. Jean-Marc Ayrault avait confié en juillet "une mission sur la compétitivité de nos entreprises" à Louis Gallois, ancien patron de la SNCF et d'EADS, avec pour objectif de "préparer la mise en œuvre d'actions concrètes, d'ici la fin de l'année". L'exécutif, qui a pris ses distances avec le rapport dès les premières fuites dans la presse, a assuré qu'il s'en inspirera pour décider des mesures pour relancer la compétitivité du pays. Celles-ci seront annoncées mardi.